A 75 ans, le FMI et la Banque mondiale en quête de renouveau

Après 75 ans d’existence, la Banque mondiale et le FMI doivent continuer de se réinventer pour surmonter des crises d’un genre nouveau, à l’instar des “migrants climatiques”. Pour s’adapter aussi à l’émergence d’outils inédits tels que les monnaies virtuelles.

C’est en juillet 1944 à Bretton Woods, aux Etats-Unis, que ces deux institutions sont nées à l’initiative de 44 pays – en pleine Seconde Guerre mondiale – pour éviter une nouvelle crise comme celle de 1929.

Le Fonds monétaire international (FMI) est alors missionné de garantir la stabilité financière mondiale, quand la Banque mondiale doit oeuvrer à la reconstruction et au développement avant d’être dédiée à la réduction de la pauvreté.

Perçues comme outils de contrôle aux mains des puissances occidentales, elles ont continuellement suscité scepticisme et critiques.

Leur anniversaire se déroule néanmoins dans un climat relativement apaisé, alors que le cap des 60 ans avait été franchi dans une contestation virulente des altermondialistes.

Ces institutions ont connu une évolution extrêmement positive“, estime Agustin Carstens, économiste mexicain et ancien président du Comité monétaire et financier du FMI. Avec 189 pays membres, elles oeuvrent aujourd’hui pour la quasi totalité des nations du monde.

Et le Fonds semble tirer les leçons du passé : longtemps accusé de sacrifier les populations sur l’autel des réformes drastiques exigées en échange de prêts, il s’attache aujourd’hui à préserver le volet social, comme récemment dans le programme en faveur de l’Argentine.

“Traitement douloureux”

Le FMI apparait comme le méchant car il négocie certaines conditions“, commente M. Carstens. Mais “c’est comme un médecin administrant un traitement douloureux” mais vital, dit-il.

Augmentation de l’espérance de vie, baisse de la mortalité infantile et maternelle, meilleure éducation, le bilan de la Banque mondiale est globalement positif, assure David Malpass, son président.

“La Banque a réussi à améliorer la vie des gens et à la rendre plus prospère”, a-t-il fait valoir dans un entretien à l’AFP.

Le multilatéralisme a également sorti plus d’un milliard de personnes de la pauvreté, a rappelé cette semaine David Lipton, le directeur général par intérim du FMI. “Le produit intérieur brut mondial par habitant est cinq fois plus élevé qu’en 1945“, a-t-il souligné.

“Dans l’histoire du monde, il n’y a jamais eu autant de progrès réalisés dans l’amélioration de la vie des gens qu’au cours des 75 dernières années”, abonde Masood Ahmed, ancien directeur du FMI pour le Moyen-Orient et l’Asie centrale.

Mais beaucoup reste à faire pour éradiquer l’extrême pauvreté notamment en Afrique, reconnaît David Malpass.

Gouvernance contestée

Par ailleurs, le leadership des institutions de Bretton Woods doit évoluer : le FMI a toujours été dirigé par un Européen et la Banque mondiale par un Américain, une répartition contestée alors que d’autres pays, comme la Chine, ont un poids considérable dans l’économie mondiale.

Au moment où le FMI cherche un successeur à Christine Lagarde, appelée à diriger la Banque centrale européenne, une meilleure représentation des pays renforcerait sa légitimité. Et ce, à une période charnière, puisqu’il pourrait être confronté à une refonte du système financier international sous l’effet des monnaies virtuelles.

“Les bénéfices (de ces monnaies) sont clairs: utilisation facile, coûts moindres”, estime David Lipton.

Mais les risques associés aux cryptomonnaies, comme la Libra annoncée par Facebook, sont nombreux, s’inquiètent les ministres des Finances du G7 dont l’Américain Steven Mnuchin, pointant la monétisation des données personnelles, le danger des activités illicites ou les menaces pour la stabilité financière.

Lire aussi : Fin du cash : pourquoi les banques centrales travaillent aux monnaies numériques d’Etat

De son côté, la Banque mondiale doit redoubler d’efforts pour s’attaquer au changement climatique qui provoque des déplacements en masse de populations.

Si rien n’est fait, 143 millions de “migrants climatiques” fuiront d’ici 2050 en Afrique subsaharienne, en Asie du sud-est ou en Amérique latine en raison d’une production agricole amoindrie, des pénuries d’eau ou de la hausse du niveau de la mer.

Selon Masood Ahmed, la Banque doit impérativement “influencer” la politique des pays en développement sur ce point.

Enfin, au FMI comme à la Banque mondiale, on reconnait la nécessité de prendre en compte les lésés de la mondialisation, dont la colère a conduit à la montée du populisme dans les pays développés.

Les inégalités sont “excessives“, constate David Lipton, invitant les gouvernements à “assurer l’égalité des chances“. Car, dit-il, tandis que les alliés à la fin de la Seconde Guerre mondiale avaient créé des institutions s’appuyant sur la coopération économique pour prévenir les conflits futurs, “nous risquons (…) un moment inverse de Bretton Woods“.

Article source: https://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/a-75-ans-le-fmi-et-la-banque-mondiale-en-quete-de-renouveau-824175.html

Articles en lien