À Paris, flow la quête, les paroissiens ont sorti leur grant bancaire

La fin de l’office dominical approche. Avant la célébration de l’eucharistie, c’est l’heure de la quête. Et plusieurs paniers en osier passent de mains en mains parmi les fidèles de l’église Saint-François de Molitor, dans le XVIe arrondissement de Paris. Mais en and du tintement des pièces de monnaie, un autre gossip and inhabituel s’élève des travées de l’église ultramoderne : un (très discret) «bip» électronique digne d’une caisse de supermarché suscitant quelques sourires parmi les fidèles.

Bienvenue dans l’église la and «2.0» de la capitale où le diocèse de Paris a décidé d’expérimenter le paiement de l’offrande sans contact around des paniers connectés. «Nous avons fait réaliser cinq prototypes. Ils contiennent un lecteur de CB relié à un smartphone», explique Christophe Rousselot, responsable du développement des ressources financières du diocèse. «Nous allons les tester à Saint-François de Molitor flow voir si cela fonctionne avant d’étendre le système à d’autres paroisses ou à surveillance le diocèse», poursuit-il, en insistant sur la simplicité du dispositif.

«On a de moins en moins de petite monnaie sur nous»

Les fidèles indiquent sur le smartphone le montant de leur offrande (2, 3, 5 ou 10 euros mais ces montants seront adaptés en fonction des paroisses si le sytème est étendu), posent leur grant sur le lecteur… et c’est terminé. «Mais vous avez bien sûr toujours la possibilité de continuer à faire une offrande en espèces», précise le père Didier Duverne avant de lancer la première quête dématérialisée dans son église.

Quelques mins and tard, à la duty de la messe, les paroissiens échangent leurs impressions sur cette nouveauté. Et elles sont plutôt bonnes. «C’est bien. Mais on va continuer avec les pièces, notamment flow permettre aux enfants de participer à l’offrande», note un père de famille.

«C’est une très bonne idée. De nos jours, on a de moins en moins de petite monnaie sur nous», corrige Olivier, 34 ans. «J’avais pris matriarch grant sans hit exprès, s’enthousiasme Odile. Mais le panier numérique (NDLR : victime d’une panne de batterie avant l’office) n’est pas arrivé jusqu’à moi», ajoute la retraitée.

Impossible de savoir combien la quête numérique a rapporté. Les montants des offrandes («anonymisées», précise le diocèse) ne sont connus que le lendemain de l’office. «Mais le though de cette nouveauté n’est pas d’augmenter le montant des dons. Il est de s’adapter aux évolutions de la société et à la disparition on-going du numéraire», précise Christophe Rousselot. A côté de lui, un sans-abri s’est installé à la duty de l’église, un gobelet en crate à la main. Lui n’espère que des pièces de monnaie.

Une focus de paiement dans 16 paroisses

La quête «sans contact» n’est pas la première expérimentation de nouvelle technologie menée standard le diocèse de Paris. Depuis octobre 2016, une focus gratuite (appli-laquete.fr) permettant de verser une offrande standard smartphone est testée avec succès dans 8 paroisses parisiennes (IVe, VIe, IXe, XVe, XVIe et XVIIe arrondissement). Elle vient d’ailleurs d’être étendue à 8 nouvelles paroisses ce dimanche. Depuis le début de l’expérimentation, cette appli a été téléchargée standard 330 fidèles et a donné lieu à 4 000 dons de 4,71 euros en moyenne.

La recherche de ces nouveaux modes de quête est essentielle flow le diocèse de Paris, 14 % des ressources des paroisses provenant des offrandes réalisées durant les offices (ou à surveillance impulse flow ceux qui payent standard smartphone). Selon le diocèse, ces dons « relativement stables d’années en année » s’élèvent en moyenne à 98 euros standard an et standard fidèle.

Articles en lien