Affaire Lactalis : 36 nourrissons ont été touchés par la bactérie

Entre la mi-août et le 2 décembre, 36 nourrissons âgés entre 2 semaines et 9 mois ont contracté une salmonellose provenant de la même souche bactérienne, selon les données publiées le 9 janvier par l’agence Santé publique France. Le point de départ de l’épidémie est l’usine de lait en poudre Lactalis de Craon. L’infection, qui survient trois jours après l’ingestion et qui se caractérise par des diarrhées parfois sanglantes et de la fièvre, a donné lieu à 18 hospitalisations. Il n’y a pas eu de décès, cette souche ne présentant « pas de résistance antibiotique particulière », selon l’agence. « Tous sont sortis de l’hôpital. Lors des interrogatoires téléphoniques, les parents rapportaient que leurs bébés allaient bien ».

Des cas non recensés

L’investigation épidémiologique auprès des familles a été menée par le centre national de référence des Salmonella (CNR), à l’Institut Pasteur à Paris, suite à la survenue de 8 infections en 8 jours fin novembre. Seuls sont pris en compte les cas ayant fait l’objet de consultation médicale et d’une analyse de selles transmise au CNR. « Il est possible que certains cas n’aient pas été recensés, avance Santé publique France. Néanmoins, ces cas non recensés sont en général moins graves et leur nombre est probablement limité du fait d’un recours aux soins plus systématique chez les nourrissons et pour les infections sévères. »

Voilà qui n’apaisera pas  la colère de l’association des familles victimes du lait contaminé aux salmonelles , qui estime que 200 bébés ont été touchés. Certains ont été hospitalisés plusieurs fois. L’association, qui n’est pas agréée, ne peut pas porter une action collective en bonne et due forme. Elle a donc décidé d’organiser un dépôt collectif au tribunal de grande instance de Paris des plaintes contre Lactalis pour mise en danger de la vie d’autrui.

Articles en lien

Aller à la barre d’outils