Air France-KLM : Philippe Capron donné favori pour le poste de PDG

Comme l’avait promis Anne-Marie Couderc, le processus de sélection des candidats au poste de PDG d’Air France-KLM, est allé très vite. Un mois seulement après le départ de Jean-Marc Janaillac,  le comité de nomination aurait déjà arrêté son choix, soumis à la décision finale du conseil d’administration d’Air France-KLM, qui pourrait trancher dès la semaine prochaine.

Selon nos informations, le favori serait  Philippe Capron , l’actuel directeur financier de Veolia, arrivé en phase finale aux côtés du président non exécutif d’Orange pour l’Afrique, Bruno Mettling.

Un spécialiste des restructurations

Agé de 60 ans, sorti major de l’ENA en 1985 et diplômé d’HEC, Philippe Capron n’a aucune expérience du transport aérien. En revanche, il a la réputation d’être un « faiseur de deal » et un manager expérimenté des transformations d’entreprise.

Au cours de sa carrière, chez Usinor-Arcelor, puis chez Vivendi, de 2007 à 2014, et enfin chez Veolia depuis 2014, il a été l’un des principaux artisans de la restructuration de Vivendi, après le départ de Jean-Marie Messier et de la transformation de Veolia en groupe plus intégré, aux côtés d’Antoine Frérot

« Florentin » et « pince-sans-rire »

Décrit comme un « négociateur habile »« florentin », et un homme « affable »« sympathique », « volontiers pince-sans-rire », Philippe Capron connaît Jean-Marc Janaillac pour avoir siégé au comité stratégique de Transdev, du temps où ce dernier présidait Transdev.

En tant qu’inspecteur des finances, il connaît parfaitement les arcanes du pouvoir et en tant que directeur financier de Veolia, il peut également se prévaloir d’une bonne connaissance du secteur des services et des grands marchés internationaux. Autant de critères qui correspondent aux qualités recherchées par le comité de nomination d’Air France-KLM.

Nombreux candidats recalés

Le choix de Philippe Capron, qui fait déjà beaucoup parler au sein d’Air France, doit toutefois encore être validé par le conseil d’administration, ainsi que par la partie néerlandaise du groupe. Un rendez-vous à Amsterdam serait prévu la semaine prochaine avant la décision finale.

Mais l’affaire semble bien engagée, dans la mesure où plusieurs candidats pressentis ont décliné la proposition, comme l’ex-patron d’Airbus, Fabrice Brégier, ou ont été recalés, comme plusieurs personnalités issues du transport aérien.

Articles en lien