Ankara: les USA se servent de «Daech/PKK» pour renforcer leurs positions au Proche-Orient

Le Parti de l’union démocratique (PYD)/Unités de protection du peuple kurde (YPG) sont des branches syriennes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK qui est considéré comme une organisation terroriste par la Turquie, ndlr), a rappelé Mehmet Metiner à Sputnik.

Recep Tayyip Erdogan

«Les arguments invoqués par l’Amérique pour justifier par la lutte contre Daech ses livraisons d’armes à une organisation terroriste qui mène depuis de longues années une politique hostile envers la Turquie ne sont pas convaincants. C’est une opération dirigée contre la Turquie. Nous l’avons plus d’une fois déclaré aux États-Unis, mais ils ne cessent de livrer des armes au PKK», a indiqué l’interlocuteur de l’agence.

Et d’ajouter qu’il en résultait que ce dernier se transformait de plus en plus en une armée et que les conditions seraient bientôt réunies pour la création par des milices kurdes de leur «État».

Recep Tayyip Erdogan

«Quand Raqqa a été nettoyée de Daech, ses terroristes avec leurs armes n’ont-ils pas été transférés dans une autre zone contrôlée par le PKK et ce sous les yeux du monde entier?», a poursuivi le parlementaire.

Selon ce dernier, cela ne pouvait pas se faire à l’insu des États-Unis.

«En même temps, il s’agit là d’un instrument qui peut à tout moment être également utilisé contre l’Iran. […] Mais tout porte à croire que l’Iran ne se rend même pas compte de la gravité de ce danger s’il critique l’opération de l’armée turque à Afrine», a relevé M.Metiner.

Évoquant la position de la Russie en Syrie, il a insisté sur son rôle d’acteur influent qui détermine le déroulement du processus de règlement sur le territoire syrien dans le cadre de son alliance avec l’Iran et la Turquie, ce qui ne répond évidemment pas aux intérêts des États-Unis.

char turc, Afrine

«Et chaque démarche des Américains dans la région est dirigée contre les initiatives développées par ces trois pays. C’est justement de cela qu’a parlé M.Ergogan. Il est nécessaire dans ces conditions que la triple coalition Iran-Russie-Turquie campe sur ses positions. La Turquie mène son opération à Afrine non pas pour occuper la Syrie, mais pour liquider les éléments terroristes dans la région. Cela ne nuit en rien à la Russie et à l’Iran», a constaté l’interlocuteur de Sputnik.

Des militaires US en Syrie

Et de résumer que les États-Unis essayaient de renforcer leurs positions dans la région en se servant de Daech/PKK, alors que des pays tels que la Russie, la Turquie et l’Iran exerçaient un contrepoids.

L’état-major turc a annoncé le 20 janvier le lancement de l’opération Rameau d’olivier contre les milices kurdes positionnées dans la région syrienne d’Afrine. Le lendemain, une opération terrestre a débuté. Des soldats de l’Armée syrienne libre y prennent également part.

Damas a fermement condamné les actions d’Ankara, rappelant qu’Afrine était une partie indissociable de la Syrie. Moscou a pour sa part appelé tous les belligérants à la retenue et a exhorté à respecter l’intégrité territoriale de la Syrie.

Articles en lien

Aller à la barre d’outils