Avion de combat du futur : l’Allemagne et la France défient l’hyperpuissance des Etats-Unis

Le SCAF (Système de combat aérien du futur) sera-t-il la star du 53e salon aéronautique du Bourget ? En clair, la France et l’Allemagne d’un côté, Dassault Aviation et Airbus de l’autre, vont-ils “toper” pour signer des contrats portant sur les études technologiques du SCAF aussi complet que possible d’un des programmes les plus structurants pour l’Europe de la défense ? Pas sûr… Les négociations entre les deux industriels ont été logiquement dures. “Oui cela discute fermement et cela frotte un peu. Il ne fallait pas s’attendre à ce que des grands industriels comme Dassault et Airbus s’embrassent sur la bouche au bout d’une semaine”, fait valoir une source proche du dossier. L’optimisme reste donc de mise, l’intérêt de tous étant le même, la réussite des négociations. Les réunions hebdomadaires entre Paris et Berlin se dérouleraient d’ailleurs dans un bon esprit.

“C’est un projet qui avance, a souligné le 15 mai dernier le chef d’état-major de l’armée de l’air, le général Philippe Lavigne, lors de son audition à l’assemblée nationale. Un projet porteur de nombreux enjeux : opérationnels, technologiques et aussi de souveraineté ».

Le contrat – le vrai – devrait être plutôt signé à la fin de l’été, estime-t-on de source proche du dossier, même si tout a été tenté avant pour parvenir à une signature au moment du salon du Bourget. Car au-delà du retentissement politique et médiatique que pourrait donner à ce projet le salon aéronautique, le SCAF va structurer pour plus de 30 ans une bonne partie de l’industrie aéronautique militaire européenne. Ce système de systèmes devrait décoller à l’horizon 2040. Il n’est donc pas question de galvauder des discussions pour une simple annonce au salon du Bourget. Ce que confirme une source proche des négociations : “On ne va pas brader des négociations et faire n’importe quoi juste pour le plaisir d’une annonce au moment du salon du Bourget. Ce sont des sujets sérieux qui vont nous engager sur des montants conséquents et des périodes importantes. Autant bien poser les choses avec l’Allemagne”.

Un démonstrateur à l’horizon 2026

La France, qui est la nation leader du programme SCAF, souhaite donc lancer et figer l’ensemble des études nécessaires pour développer les technologies utiles pour la réalisation de ce futur système de combat aérien sur quatre des cinq volets du programme : avion de combat, moteur, remote carriers (drones, missiles…) et connectivité des systèmes. Un cinquième volet est plus spécifiquement dédié à la coordination d’ensemble du système. Paris ne veut pas de contrats séparés. “S’il y a notification, ce sera tout d’un bloc”, assure-t-on de source proche du dossier. Le contrat, dont le montant devrait s’élever autour de 160 millions d’euros à se partager à parts égales entre la France et l’Allemagne, devrait s’étaler sur deux ans. Ces études vont compléter le contrat d’architecture et de concept du SCAF, signé début février (65 millions d’euros). Par ailleurs, le ministère des Armées a confié un PEA (programme d’études amont) d’un montant de 115 millions d’euros à Safran. Ce qui permet au motoriste de lancer enfin des études sur le développement technologique d’un moteur de future génération dont la température devra grimper à 2.100 degrés (1.850 degrés actuellement pour le M88 qui motorise le Rafale).

Pour affiner la maturation technologique du programme SCAF, la France et l’Allemagne souhaitent passer par des démonstrateurs. Notamment les deux pays partenaires visent un démonstrateur pour l’avion de combat à l’horizon 2026. Il permettra de valider les choix technologiques en vue d’avoir un appareil de sixième génération qui volera en 2035. Dans ce cadre, on prévoit en France une phase de développement technologique qui va s’étaler jusqu’à 2030. Ce qui permettra à Paris et à Berlin d’échelonner les paiements consacrés à ce programme monstrueux. “C’est normal que l’Etat ne soit pas capable d’engager tout, tout de suite, à la fois parce que ce programme représente des milliards et, à la fois, parce que nous avons besoin de savoir ce que vont donner les études pendant deux ans avant de passer à une étape plus importante”, confie-t-on dans l’entourage de la ministre française. Au total, la France devrait consacrer au SCAF un peu plus de 2 milliards d’euros tout au long de la loi de programmation militaire 2019-2025, selon nos informations.

Organisation industrielle, qui fera quoi

Ce qui se joue actuellement est donc la mise en place de l’organisation de toute la base industrielle et technologique d’un programme réalisé en coopération entre la France et l’Allemagne, qui ont été rejointes par l’Espagne. Madrid a accepté sans sourciller les conditions et l’organisation des deux pays partenaires. “Nous avons rapidement convergé sur les besoins opérationnels communs, d’abord en franco-allemand, puis avec l’Espagne”, a confirmé le chef d’état-major de l’armée de l’air. Dans ce contexte, il est possible dès lundi lors de l’ouverture du salon du Bourget que la France, l’Allemagne et l’Espagne organisent un événement médiatique pour confirmer que Madrid monte à bord du SCAF. La ministre de la Défense espagnole Margarita Robles, ainsi que son homologue allemande, Ursula von der Leyen, seront présentes lundi à Paris.

S’agissant de l’organisation industrielle, Dassault Aviation et Airbus vont s’occuper de l’avion de combat de sixième génération et collaboreront sur le démonstrateur. Le moteur de nouvelle génération va reposer sur les capacités de Safran et du motoriste allemand MTU. S’agissant des remote carrier, ce volet impliquera Airbus en Allemagne et le missilier européen MBDA en France. Enfin, sur le combat collaboratif connecté, Airbus et Thales devront trouver un terrain d’entente pour coopérer. Enfin, les industriels espagnols attendent logiquement du retour industriel.

France, la question de la souveraineté

Tout en menant une politique de coopération assumée, la France a également à cœur de préserver ses intérêts souverains en matière de développement d’avion de combat. Dit autrement, “la France voudra toujours garder la capacité à concevoir de A à Z un avion de combat, explique une source proche du dossier. Mais ce n’est pas pour cela qu’on ne peut pas échanger et partager avec un industriel étranger (Airbus, ndlr) qui sait également faire des avions de combat”. La France souhaite garder une résilience face aux évolutions politiques dans 50 ans. “On ne va pas jeter aux orties ce qu’on a mis des décennies à construire patiemment”, fait-on valoir. D’ailleurs, la revue stratégique de défense a préconisé de conserver la maîtrise de la conception d’un avion de combat.

Sur les commandes de vol par exemple, Airbus et Dassault n’ont rien à apprendre l’un de l’autre même si leurs technologies diffèrent. A travers leurs échanges qui devront être transparents – conditions sine qua non d’une bonne coopération -, les deux industriels pourront peut-être développer la meilleure commande de vol de demain. L’objectif ne serait donc pas de transférer des savoir-faire français en Allemagne mais d’échanger des informations. Ainsi, toute proportion gardée, la France a été capable de participer à la réalisation d’un missile air-air longue portée Meteor dans le cadre d’une coopération européenne et, en même temps, elle est en train de développer sur le plan national un missile air-air moyenne portée MICA NG.

Les enjeux opérationnels du SCAF

Le SCAF aura pour objet de faire fonctionner en réseau les systèmes le constituant : avions, drones de combat, moyens spatiaux, futurs missiles de croisière et autres armements, système de commandement et de contrôle, de renseignement. Le système aérien du futur devra être “un système de systèmes, avec différentes plateformes en réseau : Il n’y aura plus un avion mais une patrouille mixte avec des avions, des drones – de combat ou de reconnaissance -, des missiles hypervéloces et quelque part un AWACS ou le successeur de l’AWACS”, selon la DGA. Un avion de combat reste dépendant des informations dont il dispose : cela va nécessiter de combiner des capteurs, des armements, des moyens de surveillance, des moyens et des normes de communication souvent à très longue distance mais aussi l’appui du ravitaillement en vol, des moyens de détection aéroportés…

Ainsi, ce système de systèmes complet ne pourra fonctionner que s’il partage complètement toutes les informations et s’il est capable de mettre en place un véritable combat collaboratif. La connectivité va devenir encore plus essentielle qu’auparavant. Le SCAF ouvre sur ce point de grandes perspectives car, “pour gagner la guerre des opportunités, il va falloir communiquer et transférer rapidement des informations et des données dont le volume sera de plus en plus important”, a expliqué le général Philippe Lavigne. Ce système pourra décider en fonction de la menace ou de l’évolution de la situation quelle plateforme va attaquer (drone, missile) et celle qui reste en arrière. La guerre du futur consistera plus à une bataille “d’un réseau face à un réseau”, précise-t-on à la DGA.  L’armée de l’air n’attend ni le SCAF, ni l’année 2040 pour commencer à augmenter la connectivité de ses systèmes. C’est en particulier le sens du projet Connect@aéro développé au sein de l’armée de l’air, qui prend en compte les systèmes existants, qu’il s’agisse du satellite Syracuse 4 ou du système de navigation Oméga, ou bien du Rafale F4 pour lequel la brique connectivité est très importante.

Enfin, le SCAF devra dialoguer avec les avions de combat d’autres armées de l’air dans le cadre d’interventions dans des coalitions internationales, notamment le F-35. Avec les Américains, des discussions pour parvenir à des convergences sur les protocoles de connectivité entre le SCAF et le F-35, ont lieu dans le cadre de l’Otan. Sans succès jusqu’ici. “Le défi est bien là”, a convenu le général Philippe Lavigne. “Le développement d’un protocole de connectivité convergent est évidemment un des enjeux du SCAF”, a-t-il précisé. Car il est nécessaire de développer en Europe un système intéropérable, avec les autres aéronefs des alliés. Ainsi, “ce système sera, tel le système d’exploitation mobile Android, un système ouvert dont le protocole pourra être partagé rapidement avec les Américains afin de communiquer et d’être interopérable immédiatement”, a fait valoir le chef d’état-major de l’armée de l’air. Avant de décoller définitivement en 2040, le SCAF devra éviter les missiles et les leurres des Etats-Unis, dont la volonté est de “descendre” coûte que coûte ce programme européen ambitieux mais fragile. “La clause de solidarité de l’Otan s’appelle Article 5, pas l’article F-35”, avait rappelé en mars la ministre des Armées, Florence Parly lors de son intervention auprès de l’Atlantic Council, un think tank américain spécialisé dans les relations internationales. Un joli tacle dans le jardin de l’hyperpuissance américaine…


paf 2019

Articles en lien