Boris Johnson favori pour Downing Street mais contesté à la veille du vote des Tories

Les Britanniques auront mercredi 24 juillet un nouveau Premier ministre. Ils sauront mardi qui prendra la succession de Theresa May au 10 Downing Street, à l’issue du vote des 160.000 membres du parti conservateur, qui sera bouclé dès lundi. La désignation de Boris Johnson, 55 ans, ex-journaliste et ancien maire de Londres, ministre des Affaires étrangères de 2016 à 2018, semble acquise face à Jeremy Hunt, ancien entrepreneur de 52 ans, actuellement à la tête de la diplomatie britannique, ex-ministre de la Culture et de la Santé.

Mais la tâche du fantasque Johnson s’annonce rude. Trois ministres ont déjà annoncé qu’ils démissionneraient mercredi : le chancelier de l’Echiquier (ministre des finances) Philip Hammond, le secrétaire d’Etat à la Justice, David Gaucke, et celui au Développement international Rory Stewart.

“En supposant que Boris Johnson devienne le prochain Premier ministre, je comprends que ses conditions pour servir dans son gouvernement incluraient l’acceptation d’une sortie sans accord le 31 octobre, et ce n’est pas quelque chose à laquelle je pourrais jamais adhérer”, a déclaré Philip Hammond dimanche sur la BBC.

Brexit sans accord plus difficile

Samedi, des dizaines de milliers d’opposants au Brexit ont manifesté à Londres en déployant dans le ciel de la capitale britannique un ballon géant représentant Boris Johnson, très probable prochain Premier ministre, en enfant capricieux et en pleurs, et vêtu d’un tee-shirt orné d’un bus rouge sur lequel était inscrit “£350 millions”, par allusion à la somme que l’ancien maire de Londres a promis de récupérer grâce au Brexit.

Acteur clé de la victoire du Brexit lors du référendum du 23 juin 2016, Boris Johnson n’exclut pas une sortie de l’Union européenne sans accord avec Bruxelles au 31 octobre, date à laquelle doit avoir lieu ce divorce historique, initialement programmé pour le 29 mars. Jeudi dernier, les députés britanniques ont voté un texte rendant plus difficile pour le gouvernement de faire passer en force un Brexit sans accord en suspendant le Parlement : ce dernier devra être rappelé pour une session de plusieurs jours en septembre et octobre.

Le vainqueur du vote sera désigné chef du parti Tory et se rendra mercredi devant la reine Elizabeth II, qui lui confiera la responsabilité de former le gouvernement.

Articles en lien