Brexit : May tente un coup de force au Parlement

C’est ce qu’on appelle un passage en force. Theresa May va soumettre jeudi au vote des députés britanniques une motion proposant d’organiser, d’ici au 20 mars, un nouveau vote sur l’accord de divorce qu’elle a conclu fin novembre avec l’Union européenne.

Soit ce texte, déjà rejeté par deux fois par les députés, est cette fois adopté, et elle demandera aux dirigeants de l’UE un report du Brexit « court, limité et technique », allant jusqu’au 30 juin. Soit il est de nouveau recalé, et le report devra aller au-delà de cette date, qui marque la fin de l’actuel mandat du Parlement européen. Autrement dit, il impliquera que le Royaume-Uni organise des élections européennes en mai.

Le tout pour le tout

A quinze jours de l’entrée en vigueur du Brexit, la Première ministre britannique tente le tout pour le tout. Alors qu’elle avait promis aux députés de leur permettre ce jeudi de se prononcer sur l’opportunité de demander à l’UE un report du Brexit, elle les place face à leurs responsabilités. En espérant les forcer à approuver son accord de retrait d’ici au Sommet européen qui doit réunir les 27, jeudi et vendredi prochains à Bruxelles.

Theresa May tente ainsi de reprendre l’initiative. Y parviendra-t-elle ? Elle sait en tout cas que sa meilleure chance d’obtenir le feu vert des députés est de conserver une date butoir rapprochée. Elle sait aussi que si le Royaume-Uni ne précise pas sa demande sur la durée et l’objectif d’un report, l’UE ne manquera pas de l’y forcer. Pour les 27, il a en effet toujours été clair qu’une telle extension ne serait envisageable qu’à condition d’être solidement motivée. La France, en particulier, est très ferme sur ce point car elle redoute de prolonger l’incertitude pour rien.

« Le Royaume-Uni doit nous dire ce qu’il veut »

Lors d’une réunion des ambassadeurs à Bruxelles, mercredi matin, la conversation a tourné autour des conditions qui pourraient être acceptables pour entériner une prolongation à l’unanimité. En cas d’extension brève visant à arracher un vote positif du Parlement britannique sur l’accord de retrait, quel type de justification exiger de Londres ? « Il faudrait au moins que les Britanniques nous donnent une vision claire de ce qu’ils souhaitent », répond une source diplomatique.

« Le Royaume-Uni doit nous dire ce qu’il veut pour notre relation future, a indiqué mercredi le négociateur de l’UE pour le Brexit, Michel Barnier. Voilà la question qui se pose, à laquelle nous attendons une réponse, avant même une décision sur une éventuelle extension ». Les Européens s’inquiètent en revanche d’une éventuelle demande de prolongation longue. Si le Royaume-Uni venait à demander un tel report, l’UE exigerait de lui qu’il soit clair sur les moyens qu’il entend mettre en oeuvre pour ne pas prendre en otage le fonctionnement du Parlement européen. Ne serait-ce que parce qu’il valide la nomination des commissaires européens, si celui-ci était bloqué par l’absence de députés britanniques, c’est toute la machine européenne qui serait mise à l’arrêt.

Pas question en tout cas, pour les députés britanniques, de sortir de l’UE sans accord de divorce à l’amiable. Ils ont rejeté mercredi soir un tel scénario, par 321 voix contre 278. Mais ce vote ne règle pas tout, bien au contraire. S’il fixe un cap au gouvernement, il n’exclut pas pour autant un « no deal ». Et il ouvre une kyrielle de questions sur l’éventualité d’un report dont les modalités restent encore à préciser. Theresa May n’avait donné aucune consigne de vote aux députés conservateurs.

Incertitude

Mais son texte rappelait que le Brexit sans accord resterait, le 29 mars, la solution par défaut. Elle comptait ainsi maintenir la pression sur les députés dans l’espoir de leur faire adopter d’ici là un accord de retrait. En vain. Un amendement déposé par la conservatrice Caroline Spelman a été adopté à une courte majorité (312 voix contre 308), qui exclut tout « no deal » quelles que soient les circonstances.

Ce texte n’a pas de caractère contraignant, mais il est de nature à intensifier la pression exercée sur la Première ministre, afin qu’elle écarte la piste du « no deal ». Pour Theresa May, le meilleur moyen de l’éviter reste, pour les députés… d’apporter leur soutien à son accord de retrait.

Correspondants à Londres et Bruxelles

Articles en lien