Contrôles renforcés: le nombre de transfuges nord-coréens s’effondre en 2017

Moins de 100 Nord-Coréens par mois ont fui vers le Sud l’année dernière, en raison des contrôles frontaliers renforcés, a annoncé vendredi le ministère sud-coréen de l’Unification.  

«Cette chute en arrivées est extrêmement préoccupante car cela ne signifie pas que la vie se soit améliorée en Corée du Nord, mais que les autorités chinoises, tout en s’inscrivant pour les sanctions contre l’économie nord-coréenne, ont également intensifié leur répression contre les réfugiés nord-coréens», a déclaré Sokeel Park, de l’organisation Liberty in North Korea, qui aide les transfuges à atteindre le Sud.

Soldats nord-coréensAu total, 1.127 Nord-Coréens se sont enfuis vers le Sud en 2017, ce qui constitue une baisse de 21% par rapport à 2016, selon les données du ministère de l’Unification. Les responsables sud-coréens ont ajouté que c’était le chiffre le plus bas depuis 2001.

La grande majorité des transfuges nord-coréens se rendent d’abord en Chine. Ils y restent parfois pendant plusieurs années avant de se rendre en Corée du Sud, souvent via un pays tiers.

Une délifé militaire à PyongyangPyongyang renforce également ses contrôles frontaliers depuis la deuxième moitié de 2015, déployant plus de gardes et mettant en place des fils à haute tension pour empêcher ses citoyens de fuir vers son voisin.

Deux soldats nord-coréens ont traversé fin 2017 la zone démilitarisée (DMZ) qui divise la péninsule coréenne pour s’enfuir vers le Sud. 

Articles en lien

Aller à la barre d’outils