Critique Musicale: Dirty South Crew – No (2017)

Le 16 février 2018, deux jours après nous avoir offert un titre le jour de la Saint Valentin, une version live de leur morceau Freedom en décembre dernier et la parution de We Nah Forget  cet été, Dirty South Crew a mis en ligne No, leur nouveau simple et le clip l’accompagnant. Après écoute, nous vous livrons notre ressenti.

 

 

Il y a tout juste un an, nous vous présentions Hand’s Up, morceau annonçant la sortie de Soul Train, nouvel opus du Dirty South Crew. Un peu plus de six mois plus tard, ce fut au tour de We Nah Forget de paraître. Plus récemment encore, en décembre 2017, les sept amiénois nous proposaient de jeter une oreille à un morceau du nom de Freedom, présenté dans une version live, enregistrée en studio, et en compagnie d’MB 14, chanteur et beatboxer amiénois s’étant joliment fait remarquer, il n’y a pas si longtemps, en se hissant en finale du télé-crochet musical diffusé sur la première chaine d’Europe. Une chanson, de circonstance, Chérie, Chérie, a été offerte le 14 février 2018 avant que ne soit finalement rendu disponible ce quatrième simple, sur lequel nous allons désormais nous attarder.

No, un titre des plus concis que celui de ce cinquième single paru ce 16 février et enregistré dans les murs du studio amiénois AdAstra Audio par Romain Flandre et Bérenger Nail, mixé au Studio De La Grande Armée par  Ludovic Tartavel et masterisé par Benjamin Jourbert au Biduloscope, à Paris. Ce titre aux sonorités urbaines et légèrement entêtantes, et qui fait la part belle à la section rythmique du groupe, débute par une introduction dégageant comme une certaine lourdeur, impression donnée par les notes jouées par le synthétiseur et une ligne de basse très profonde, déliées sur un tempo modéré sur l’ensemble du morceau. Le refrain, chanté à plusieurs voix, et sa teneur sont, évidemment, les éléments les plus distinctifs et accrocheurs de cette composition à la structure musicale certes « classique », mais efficace. Notons également un final instrumental aux effluves baroques assez réussi.

Si musicalement cette chanson ne décevra ni ne surprendra quiconque a déjà entendu et apprécié la musique proposée par ce groupe picard, il en ira de même pour son propos et la verve l’accompagnant, Dirty South Crew nous proposant ici un texte des plus amers, vindicatif, quelque peu désabusé, mais non totalement  résigné quant à la situation  et notre société actuelles et le regard qu’il porte sur celles-ci :

It’s time for a change, our system is fake/ Your hopes and dreams are still alive/ You just have to stand up and scream (…)/Indigné, mais personne ne lève le petit doigt/ Acquitté, la justice elle-même corrompt les lois/ Divisé pour mieux régner voilà ce qui fait foi/ Alors qu’unifié, c’est tout le peuple qui devient roi/ Je dis non à cet engrenage, non à toute cette machinerie (…).

D’aucuns diront de ce titre qu’il est engagé ou « conscient ». Celui-ci s’inscrit en tout cas et sans nul doute dans la lignée de titres comme : Revolution Time, Tolérance ,  Be Pround, ou Freedom, tous particulièrement significatifs et aux textes bien travaillés.

Le vidéo-clip est l’œuvre du collectif amiénois Visions Parallèles  et est esthétiquement et visuellement comparable aux autres vidéos que le DSC nous à proposées jusqu’à aujourd’hui. Sur ce plan aussi, le Dirty South Crew semble affirmer, tant il est aisé d’y reconnaitre leur style. Un clip sobre et efficace lui aussi.

Avec No, Dirty South Crew propose un titre aussi immédiat qu’ Hand’s Up ou We Nah Forget, mais au message bien diffèrent. Ils exploitent toujours intelligemment cette matrice musicale oscillant entre musique urbaine, Rap, Hip-Hop ou Rock, symbiose ardue, pouvant rebuter parfois, mais font toujours de cette particularité un atout indéniable. Ils semblent désormais avoir bel et bien défini  leur propre son et cette question ne semble plus se poser du tout.

No est un titre réussi et lourd, au propre comme au figuré.

 

Suivez Dirty South Crew :

– Site Officiel

– Facebook

– Instagram

–Twitter

Youtube

 

L’album Soul Train en pré-commande ici

 

Xavier Fluet @GazetteDeParis

 

Articles en lien