Deux Français sur trois favorables à la réforme des retraites de Macron

Tétanisés, les Français ? Malgré un climat social très tendu depuis l’irruption  des « gilets jaunes » , ils demeurent très majoritairement ouverts à l’idée d’ une refonte totale du système de retraite . Selon un sondage Elabe pour « Les Echos », Radio Classique et l’Institut Montaigne, 66 % d’entre eux sont favorables au projet du gouvernement de  créer un système universel de retraite par points , qui rassemblerait les salariés du public, les fonctionnaires et les indépendants.

Un soutien appréciable pour les équipes du haut-commissariat à la réforme des retraites, qui pilote cette réforme à hauts risques, en vue d’un projet de loi d’ici à l’été.

Diagnostics négatifs sur le système actuel

En réalité, les plus fervents supporteurs de cet aggiornamento se trouvent parmi les retraités (69 %) et les cadres et professions intellectuelles (68 %). L’adhésion est plus mesurée chez les catégories socioprofessionnelles modestes (60 %) et surtout chez les fonctionnaires (50 %). Les électeurs d’Emmanuel Macron et de François Fillon sont enthousiastes, tandis que ceux de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon sont plus partagés.

Ce désir de changement va de pair avec des diagnostics négatifs sur le système de retraite actuel. En effet, 57 % des sondés trouvent qu’ il fonctionne mal , et seuls 4 % considèrent au contraire qu’il marche très bien. Pis, 64 % estiment que  le système est

« injuste »
. Aux yeux de Bernard Sananès, président d’Elabe, c’est une bonne nouvelle pour l’exécutif : « L’opinion cristallise plus sur l’injustice que sur l’inefficacité. Pour la première fois peut-être, le gouvernement va pouvoir présenter une réforme d’équité. » Ce qui était justement l’objectif de départ d’Emmanuel Macron.

VIDEO L’analyse de Bernard Sananès (Elabe)

 

Résignation et inquiétude

« Il y a bien un espace pour porter cette réforme », estime Bernard Sananès, alors que la capacité d’un exécutif affaibli à mener un projet si ambitieux est actuellement questionnée. Cependant, « ce n’est pas un blanc-seing pour le gouvernement », prévient-il. Premièrement, les sondés qui trouvent le système actuel le plus injuste – les électeurs de La France insoumise ou du Rassemblement national – sont paradoxalement les plus rétifs au changement. Il y a un hiatus entre leurs voeux et le projet gouvernemental, et surtout une crainte de perdre au change.

Deuxièmement, les vieilles angoisses sont toujours là. Alors qu’Emmanuel Macron a promis qu’il ne modifierait pas les paramètres tels que l’âge ou le niveau des pensions, 69 % des sondés s’attendent à une augmentation de l’âge minimum de départ, actuellement à 62 ans au régime de base.

Un pourcentage ambivalent. Il témoigne d’une forme de résignation des Français, qui voient bien que l’on vit de plus en plus vieux, mais aussi d’une inquiétude, selon Bernard Sananès : « Ce chiffre dit une forme de vigilance, qui peut mettre en cause l’acceptation de la réforme », juge-t-il.

De même, 58 % des Français pensent que leurs pensions vont baisser. Si ces préoccupations devenaient des abcès de fixation, elles auront vite fait de chasser la bienveillance des sondés, qui sont nombreux à espérer une simplification du système, plus d’équité et une meilleure prise en compte des métiers pénibles, des carrières longues ou du handicap.

Deux Français sur trois favorables à la réforme des retraites de Macron

Sondage réalisé les 8 et 9 janvier 2019 auprès d’un échantillon de 1.001 personnes, selon la méthode des quotas.

Articles en lien