EN DIRECT

FASHION PACT

A la veille du G7 et à l’invitation d’Emmanuel Macron à l’Elysée, 32 enterprises, leaders du monde du textile et de la mode, se sont engagés à “réduire l’impact négatif de l’industrie de la mode sur les océans, notamment en mettant fin progressivement à son usage du plastique” d’ici 2030, à soutenir la recherche pour limiter la pollution aux micro-fibres, l’agriculture non intensive…

Ce “Fashion Pact”, signé par des marques telles qu’Adidas, Chanel, Kering ou encore Ralph Loren, Nike et Giorgio Armani, prévoit également l’adoption de standards favorables au bien-être animal et de comportements de production qui ne participent pas à la déforestation. ainsi qu’ un objectif de “zéro émission” en 2050, et 100% d’énergies renouvelables d’ici 2030.

Un pacte qui arrive à point nommé pour un secteur responsable de 10% des émissions carbone dans le monde et de 20% des rejets d’eaux usées, mais accueilli avec scepticisme par certaines ONG environnementales. Ces dernières craignent notamment “des aménagements cosmétiques” : “Il ne faut pas ralentir la pollution, il faut arrêter de polluer, arrêter l’élevage”, explique la directricede l’ONG de défense de la biodiversité, One Voice, dans des propos reportés par le Huffington Post.

Articles en lien