Enquête rouverte contre Gérald Darmanin, accusé de viol

Le parquet de Paris a ouvert une nouvelle enquête préliminaire contre le ministre de l’Action et des comptes publics, Gérald Darmanin, à la suite d’accusations de viol qu’il conteste formellement, a-t-on appris samedi de source proche du parquet, qui confirme une information du Monde. Une première enquête avait été classée sans suite en juillet dernier car la plaignante, qui avait déposé sa plainte peu de temps après l’entrée de Gérald Darmanin au gouvernement pour des faits remontant à 2009, n’avait pas répondu aux convocations des enquêteurs, a-t-on indiqué de même source. Ayant fait savoir qu’elle était prête à répondre aux questions des enquêteurs, la procédure a été rouverte le 22 janvier et son audition est intervenue jeudi.

Ces accusations “ne traduisent qu’une intention de nuire”, a affirmé à l’AFP l’avocat du ministre, Mathias Chichportich.

Cette décision, dont fait état le journal Le Monde daté de dimanche-lundi, fait suite à l’envoi en janvier d’un nouveau courrier par la plaignante, qui accuse le ministre de l’avoir violée alors qu’elle sollicitait de l’aide dans une affaire judiciaire. Gérald Darmanin a évoqué cette affaire sur France Info le 15 janvier, indiquant alors qu’il avait porté plainte pour dénonciation calomnieuse. L’enquête sur sa plainte a été confiée à la BRDP (brigade de répression de la délinquance contre la personne). Aucun commentaire du ministre n’a pu être obtenu dans l’immédiat sur cette nouvelle procédure.

Darmanin garde la confiance de Matignon

Gérald Darmanin conserve “toute la confiance” d’Edouard Philippe, a assuré samedi Matignon à l’AFP. “La justice est à nouveau saisie et elle doit pouvoir travailler en toute indépendance. Le Premier ministre tient à rappeler d’une part que les règles fixant l’appartenance au gouvernement sont connues et d’autre part que M. Darmanin a toute sa confiance”, a souligné auprès de l’AFP l’entourage du chef du gouvernement.

L’entourage du Premier ministre a en outre indiqué que “M. Darmanin a été d’une totale transparence vis-à-vis des faits”. “Il a déposé plainte pour dénonciation calomnieuse et avait déjà répondu aux questions d’un autre quotidien français qui enquêtait sur les mêmes faits, rapporté au Premier ministre l’accusation dont il faisait l’objet et avait révélé lui-même l’affaire sur franceinfo et constaté que l’affaire avait été classée”, souligne Matignon.

Articles en lien