Concert: Midnight Oil au Festival Guitare en Scène !

Carte non disponible

Date / Heure
Date(s) - 11/06/2019
Toute la journée

Catégories


Retrouvez Midnight Oil le 11 juillet 2019

au festival Guitare en Scène !

 

 

Pendant que notre planète brûle, nombreux sont ceux qui détournent le regard, préférant le confort de l’ignorance, la tranquillité de l’inaction. D’autres, inlassablement, se font les porte-voix d’un monde qui souffre de l’égoïsme des hommes, d’une nature sans cesse reléguée au rang de variable d’ajustement. Pendant trente ans, les australiens de Midnight Oil ont ainsi été les hérauts de cette cause écologique si essentielle. A grands renforts d’hymnes rock et de textes engagés, le groupe emmené par son charismatique – et ô combien impressionnant ! – chanteur Peter Garrett a bousculé les consciences mondiales, amenant tout un chacun à réfléchir sur son impact sur la planète.

Porté par les hits mondiaux que sont “Beds are burning”, “The Dead Heart”, “Dreamworld” et “Put Down That Weapon”, tous sortis en 1987 sur l’album “Diesel and dust”, ou bien encore “Blue Sky Mine” et “Power & The Passion”, sortis eux un peu plus tôt et comme leurs successeurs toujours d’une cruelle actualité, Midnight Oil est ainsi devenu l’un des meilleurs exemples de ce rock conscient qui jamais ne privilégie la forme au détriment du fond. Et si, après treize albums et quinze ans d’activisme, le groupe s’est séparé, Peter Garrett désirant s’investir pleinement en politique – jusqu’à devenir ministre de l’environnement ! -, son message et ses chansons, eux, sont restés dans la mémoire collective, rythmant les décennies suivantes au gré des passages radio. Reformé à l’aube des années 2010 à l’occasion de concerts caritatifs, Midnight Oil a retrouvé le plaisir de la scène, ce moment inégalé de partage et d’énergie, d’autant plus que jamais ses combats n’ont été autant essentiels qu’aujourd’hui. Alors, après un “Great Circle“ en 2017 pour renouer avec le difficile exercice de la tournée mondiale, voici donc le quintet dans les starting-blocks pour de nouvelles dates, dans de nouveaux lieux, avec de nouvelles choses à dire et à chanter haut et fort pour faire trembler, une fois encore, les murs de l’indifférence. De quoi mesurer à quel point nous avons de la chance d’accueillir ces chevaliers blancs d’un monde meilleur dans le doux cocon de Guitare en Scène !

Retrouvez également le groupe King King

le 11 juillet 2019 à Guitare en Scène

 

Sans que l’on y prenne garde, il arrive parfois qu’un diable rouge sorte de sa boîte et vienne titiller nos sens, secouer nos paisibles habitudes et, nous prenant par la main, nous entraîne sur des chemins qui, très vite, s’avèrent fort agréables. Sorti des brumes de Glasgow il y a tout juste dix ans, King King, quatuor emmené par un Alan Nimmo au look peu habituel dès que l’on franchit les frontières de l’Ecosse, est de ceux-là, venant de temps à autres dans nos contrées pour faire de nouveaux adeptes. Ses armes ?… Rien que de très classique et, pourtant, hautement efficace : un blues rock puissant, gorgé d’un feeling soul et saupoudré d’accents funky et rhythm‘n’blues pour faire bouger les têtes, une voix veloûtée, se plaçant délicatement dans la même famille que celle de Paul Rodgers (Bad Company), emplie d’une rage contenue que l’on sent sur le point de se déverser sur nos frêles épaules, des titres qui vont direct au but, nous troublent, nous bousculent et, au final, nous plongent dans un océan de groove électrique ô combien énergisant, la recette concoctée par King King au fil des albums – dont le récent «Exile and Grace» – est de celles qui, après nous avoir fait taper du pied et des mains, laissent pendant longtemps un goût exquis sur nos papilles.

Pas étonnant dès lors que le groupe, après avoir été intronisé au “British Blues Awards Hall of Fame”, aille désormais conquérir les cœurs un peu partout dans le monde et confirmer sa place parmi les meilleurs groupes mondiaux de blues rock. Nulle surprise non plus à ce que Guitare en Scène passe un pacte avec ces diables écossais pour qu’ils viennent, entre hymnes catchy et ballades blues imparables, porter à ébullition le public de Saint-Julien-en-Genevois.

Tarifs

Jeudi 11 juillet 2019

Debout : 57 €

Gradins : 67 €

Jeunes : 35 €

 

Articles en lien