Focus : Comment devenir avocat ?

La rentrée scolaire 2015 passée, et la rentrée universitaire approchant à grands pas, nous vous proposons pour l’occasion un focus. Celui-ci sera consacré à la formation d’avocat. Retour sur les différentes étapes d’une formation.

 

aide juridique
Aide juridique : http://www.annuaireavocats.fr/

 

L’UFR de droit

Toute personne ambitionnant de passer un jour la fameuse robe noire doit d’abord se confronter au milieu universitaire, le passage au sein d’une Unité de Formation et de Recherche (UFR, correspondante à la faculté) étant absolument obligatoire. Le bachelier nouvellement inscrit en faculté de droit s’engage alors dans des études universitaires d’une durée minimum de 4 ans. Quatre années au terme desquelles l’étudiant aura obtenu le grade de licence (Bac+3) et une maitrise (niveau M1, Bac+4) en droit.

Notons tout de fois qu’un non bachelier désirant plus tard devenir avocat devra obligatoirement justifier de l’obtention d’une capacité de droit (CAPD) avant de pouvoir librement intégrer le cursus de licence[1]. Il consacrera deux ans à celle-ci.

Passage à l’IEJ

Maitrise de droit en poche l’étudiant s’inscrira ensuite obligatoirement  à l’Institut d’Etudes Juridiques (IEJ) en vue de préparer l’examen d’admission au Centre régional de formation professionnelle des avocats (CRFPA). L’IEJ étant une composante universitaire, il est de coutume pour nombre d’étudiants de s’inscrire dans l’institut rattaché à leur université. Son inscription effective, un choix se présentera alors à l’étudiant, l’inscription en IEJ étant obligatoire, et non le suivi des cours[2], celui-ci aura donc le choix entre :

  • Suivre la formation d’un an dispensée par l’IEJ. Cette année aura pour but de préparer le candidat à l’examen d’entrée au CRFPA par le biais de différents cours et la tenue de sessions d’examens « types » blancs.
  • Opter pour une préparation à l’examen d’entrée au CRFPA de type privé ( Capavocat, par exemple) et souvent des plus onéreuses ( des sommes allant de 800 à 2500€ sont avancée)[3]. En optant pour une préparation privée, l’étudiant effectuera notamment plusieurs stages sur des périodes de six semaines à deux mois.

Avant le CRFPA : examen d’entrée et grand oral

La préparation d’un an touchant à sa fin, viens l’heure pour le probable futur élève-avocat de se présenter à l’examen d’entrée au CRFPA. C’est là la plus difficile et sélective des épreuves pour l’avocat en devenir, le taux de réussite à cet examen n’excédant pas les 45%[4]

Rappelons qu’il s’agit bel et bien d’un examen, non d’un concours, la moyenne de 10 suffit donc à son obtention. Peuvent  en être dispensés, sur décision d’une commission,  les titulaires d’un doctorat en droit (Bac +8)[5].

L’examen en lui-même se déroule en deux temps : l’écrit et l’oral. Ce sont les épreuves orales qui détermineront l’admission du candidat. Parmi les différentes épreuves orales, celle communément appelée le « grand oral », sur la thématique des libertés et droits fondamentaux, bien plus qu’un simple échange, évalue la capacité du candidat à réagir, rebondir et s’exprimer. Il se révèle, pour le futur avocat, aussi déterminant qu’un avocat d’embauche[6].

Un premier échec à cet examen d’admission peut être suivi de deux autres tentatives. Passé un troisième échec, l’étudiant devra obligatoirement faire un autre choix d’orientation.

Au CRFPA : l’élève-avocat

Une fois entré au sein d’un CRFPA (aujourd’hui aussi appelé Ecole d’Avocats) l’étudiant devient élève-avocat, statut qui sera le sien durant environ un an et demi. La formation qui l’attend alors se compose de trois grandes étapes, chacune d’une durée de six mois.

 L’élève-avocat suivra une formation axée sur la théorie, abordant principalement les fondamentaux et la déontologie de leur futur métier. Il réalisera également un Projet Pédagogique Individuel (PPI). Pour ce PPI, le futur avocat sera dans l’obligation d’effectuer un stage en juridiction ou entreprise ou encore de passer six mois auprès de notaires ou autres huissiers. En effet, Le PPI se veut un moyen pour l’élève-avocat de se confronter plus ou moins à des réalités professionnelles autres que celle de son futur métier liées à la pratique du droit. La réalité quotidienne du métier, c’est grâce à un stage réalisé en cabinet d’avocat que l’élève la découvrira, acquérant du même coup les compétences professionnelles nécessaires.

On note que certain stages débouchent plus tard sur une collaboration professionnelle entre l’élève-avocat et l’étude l’ayant accueillie en stage[7].

Le CAPA

Au terme de la formation de 18 mois au sein du CRFPA l’élève-avocat se présente à l’épreuve d’obtention du Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat (CAPA). Cette étape et la dernière de la formation d’avocat est se veut moins difficile et sélective que celle ouvrant les portes du CRFPA (taux de réussite souvent supérieur à 90%, la sélection véritable ayant été faite lors de l’examen d’entrée au CRFPA). Une fois délivré, le CAPA permettra à son détenteur de s’inscrire au barreau de son choix et, une fois serment prêté devant la cour d’appel, de débuter l’exercice du métier d’avocat[8].

Devenir avocat : les autres voies

D’autres voies d’accès aux tribunaux et leurs robes noires existent toutefois. Il faut néanmoins avoir exercé, sous certaines conditions de durée, différentes professions d’ordre administratif, juridique ou judiciaire. En effet, et à titre d’exemple,  toute personne pouvant justifier d’une activité de juriste d’affaires au moins égale à huit ans peut légalement prétendre à passer la robe.

Xavier Fluet@GazetteParis.

[1] « Formation Avocat », Comprendre-Choisir, section « organisation de la justice ». Page consultée le 04/09/2015. Lien : http://justice.comprendrechoisir.com/comprendre/formation-avocat

[2] Jeanne Ably, «  Comment devenir avocat ? », Le Figaro, 13/11/2014. Page consultée le 04/09/2015. Lien : http://etudiant.lefigaro.fr/orientation/trouver-sa-formation/detail/article/comment-devenir-avocat-9774/

[3] Tarifs et conditions d’inscription à  Capavocat : le  tarif appliqué en 2015 pour une inscription en classe préparatoire estivale est de 2480€. Page consultée le 04/09/2015.

[4]  Les IEJ affichent des taux de réussite de 25 à 45%. Ce taux varie d’un IEJ à l’autre, l’examen d’entrée ayant une difficulté variable d’un institut à l’autre. A titre informatif, on consultera les informations données par des organismes comme Prépa-Dalloz.

[5] Cf. Note 1.

[6] Cf. Note 2.

[7] Ibid.

[8]  D’après une statistique en date de 2012 « 56 176 avocats ont été recensés sur l’ensemble du territoire national contre 39 454 dix ans plus tôt (+42%). Avec 22 981 avocats, le barreau de Paris concentre à lui seul 41% de l’effectif total. » Source : « Statistique sur la profession d’avocat (2012)», Ministère de la justice,  04/12/2012.

Articles en lien