Gilets jaunes: à peine nommés, les porte-paroles contestés

Plusieurs coordinations de gilets jaunes se méfient déjà des porte-paroles nationaux.

Bientôt dix jours de mobilisation des gilets jaunes, et la question de la désignation d’interlocuteurs légitimes pour le mouvement est déjà devenue une Arlésienne. Ce lundi, un groupe de gilets jaunes a tout de même annoncé la désignation de “huit communicants officiels”. Sans surprise, ils sont déjà contestés. 

LIRE AUSSI Les gilets jaunes ont désormais une délégation nationale 

Sur Facebook, où le mouvement est parti il y a plus d’un mois, on s’interroge. Contacté à travers la page “Gilets Jaunes, le mouvement citoyen”, Georges ne comprend pas : “Ici, dans le Var, on tombe des nues.”  

“Qui les a désignés ?”

“Pas du tout au courant que des élections se tenaient pour que l’on ait des représentants, ça va à l’encontre de ce qu’était le mouvement à la base. On ne sait même pas qui sont ces gens”, estime de son côté Louis, mobilisé dans le Gers depuis le 17 novembre. “Personne n’en veut et qui les a désignés ? Ils se sont autoproclamés…” dit une autre. 

Le fait que la première apparition télé de ce groupe soit prévue ce lundi soir dans l’émission Touche Pas à Mon Poste, sur C8, interroge aussi. “Ce n’est pas très sérieux”, “Pas C8 ! Cyril Hanouna se moque de nous !” proteste un gilet jaune. 

Sur le service en ligne Discord, utilisé de plus en plus par les membres de ce mouvement, le groupe “Gilets Jaunes organisation” rassemble 10 000 personnes. Ses créateurs ne se reconnaissent tout simplement pas dans le communiqué qui a annoncé la désignation de ces porte-paroles. “On n’y adhère pas du tout, dit ainsi Rémi, de l’Hérault, à L’Express. C’est facile de s’autoproclamer, mais ils n’ont pas été élus ou choisis.” 

“On tient à l’autonomie”

“Ça va beaucoup trop vite, estime Bruno, du même département. Ils représentent certainement des gens, mais ils n’ont jamais voulu nous parler. On tient à l’autonomie des régions.” 

Chantal, 59 ans, coordonne “de manière informelle, en attendant qu’on organise des élections” le mouvement en région Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Elle se demande ouvertement s’il n’y a pas là une volonté de nuire au mouvement. Ce groupe de “coordination nationale des régions” estime que les choses doivent être construites de la base. “On a une approche région”, dit Bruno. Dans les villes et villages, puis les départements, puis les régions. “Parce que chaque région a ses problèmes”, renchérit Rémi, qui parle aussi d’une structuration “physique et juridique”. 

“Deux mouvements”

“Que plusieurs coordinations se montent était un peu inévitable, vu la diversité du mouvement”, estime-t-il. Mais lui conçoit difficilement une conciliation.  

Thomas n’est pas de cet avis. “Je vois deux mouvements, analyse-il, l’un qui prend le temps de monter la maison pierre après pierre, en prenant l’avis de chacun des occupants de la maison. Et un autre pour construire plus rapidement une grande tour pour monter en notoriété et se faire entendre au plus vite.” Deux mouvements qu’il ne considère pas du tout comme incompatibles. 

Chacun rappelle que tout cela ne peut se faire en un jour, que les personnes qui participent à cette structuration sont bénévoles. “Nous ne voulons pas nous précipiter”, conclut Chantal. 

“On est porte-parole, pas représentants”

Tous demandent du temps. La question est de savoir si celui-ci ne joue pas contre eux. Car les choses vont, effectivement, très vite. Au cours de nos discussions, parfois longues, avec ces Gilets jaunes, il n’était déjà plus du tout question de l’augmentation des taxes sur le carburant. 

Devant les critiques, un des huit porte-parole, Eric Drouet, déjà largement médiatisé, a pris l’initiative de s’expliquer dans une vidéo sur Facebook. Il assure ne pas prétendre “représenter” le mouvement car “il ne peut pas y avoir de représentant”. Pour lui, il s’agit d’être interlocuteurs du mouvement auprès de l’Etat, “juste pour aller au contact du gouvernement et faire le rôle de passerelle. Rien ne sera décidé par nous huit”, assure-t-il. Reste à savoir si le message est audible.  

Article source: https://www.lexpress.fr/actualite/politique/gilets-jaunes-a-peine-nommes-les-porte-parole-contestes_2050505.html

Articles en lien