Histoire: Il y a 188 ans naissait La Légion Étrangère

Légion étrangère, Grenade à sept flammes

Brefs repères historiques:

En 1831, la conquête de l’Algérie vient de commencer et réclame déjà de nombreux renforts. La Légion est créée pour fournir cet appoint de troupes. Elle se forme à partir des soldats de métier sans emploi après les guerres impériales et des révolutionnaires de tous les pays d’Europe qui ont trouvé refuge en France. Pour faciliter l’engagement des étrangers qui, ayant dû quitter précipitamment leur pays, n’ont pas de pièces d’état civil, le législateur autorise les engagements sur simple déclaration d’identité. Ainsi, la loi du 9 mars 1831 et son décret d’application du 10 mars, contenaient donc les deux principes essentiels qui fondent toujours la particularité de la Légion : le service à titre étranger et la possibilité de servir sous identité déclarée.

Les premiers légionnaires débarquent en Algérie en août 1831. Le 27 avril 1832, ils reçoivent le baptême du feu devant Maison Carrée et, au fil des combats, se taillent la réputation de soldats vaillants et endurants. Et en même temps, au fil de l’avancée de l’armée française, maniant tour à tour la pioche et le fusil, ils imposent un style qui deviendra bientôt la marque de la Légion, celui du soldat-bâtisseur. Leur chef-d’oeuvre sera de créer une ville en 1843 : Sidi-bel-Abbès, maison mère et capitale de la Légion …

Le 29 juin 1835, quatre ans après sa création, la Légion étrangère est affectée au gouvernement espagnol pour soutenir la reine Isabelle II dans sa lutte contre la rébellion carliste. Des 4000 légionnaires partis derrière leurs officiers, 500 survivants seulement rejoindront la France en 1838, après trois années de calvaire. Au cours de cette campagne, va être mis en application un principe toujours en vigueur de nos jours : celui de l’amalgame.

Peu satisfait du système des bataillons par nationalité, le général Bernelle va brasser les légionnaires dans les unités, quelles que soient leurs origines, et imposer le français comme langue de commandement.

Le 16 décembre 1835, Louis Philippe décide la création d’une nouvelle Légion étrangère afin de pallier le manque de troupes en Algérie. De ce fait, en 1840, la Légion se scinde en deux régiments.

Sans interrompre son action en Algérie, la Légion participe aux campagnes du Second Empire. C’est d’abord la campagne de Crimée (1854-1856), avec le siège de Sébastopol, puis celle d’Italie (1859), où la Légion s’illustre à Magenta et à Solferino.

Le Mexique enfin, où la Légion étrangère conquiert un de ses plus beaux titres de gloire avec le combat de Camerone. L’héroïque résistance de la compagnie du capitaine Danjou dans l’hacienda de Camerone fut adoptée comme un symbole et comme un modèle de comportement au combat dans toute la Légion.

 

Bataille de Camerone, plaque commémorative

Un état d’esprit, un code d’honneur:

Son origine

Dans les années 80, ayant constaté qu’une partie des jeunes légionnaires manquait parfois de repères, mais aussi parce qu’il fallait nous assurer que chacun, venant de cultures différentes, se retrouve dans des principes communs, le Commandement  de la Légion étrangère a décidé de  rédiger un recueil de principes destinés à guider son action au quotidien, tant au plan personnel que dans le domaine professionnel. Il sert de guide et de référence à tout légionnaire. Il est également utile au chef  dans sa compréhension du  légionnaire et lui permettra d’enrichir son style personnel de commandement.

 Le texte :

Article 1  Légionnaire, tu es un volontaire servant la France avec honneur et fidélité.

Article 2  Chaque légionnaire est ton frère d’arme, quelle que soit sa nationalité, sa race, sa religion. Tu lui manifestes toujours la solidarité étroite qui doit unir les membres d’une même famille.

Article 3  Respectueux des traditions, attaché à tes chefs, la discipline et la camaraderie sont ta force, le courage et la loyauté tes vertus.

Article 4  Fier de ton état de légionnaire, tu le montres dans ta tenue toujours élégante, ton comportement toujours digne mais modeste, ton casernement toujours net.

Article 5  Soldat d’élite, tu t’entraînes avec rigueur, tu entretiens ton arme comme ton bien le plus précieux, tu as le souci constant de ta forme physique.

Article 6  La mission est sacrée, tu l’exécutes jusqu’au bout et, s’il le faut, en opérations, au péril de ta vie.

Article 7  Au combat tu agis sans passion et sans haine, tu respectes les ennemis vaincus, tu n’abandonnes jamais ni tes morts, ni tes blessés, ni tes armes.

 

Source originelle du texte de cet article : http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/la-legion-etrangere

Site internet de La Légion étrangère : https://www.legion-etrangere.com/

 

Légion étrangère, Képi Blanc

Articles en lien