La Bretagne, la Normandie et l’Ile-de-France plébiscitées pour les créations d’entreprises

Les grandes régions sont un bon tremplin pour l’entrepreneuriat. Selon le dernier baromètre réalisé par Odoxa pour le cabinet Adviso Partners, 65% des Français considèrent que leur région est propice à la création d’entreprise. À l’inverse, 35% des répondants estiment que leur territoire n’offre pas de conditions avantageuses à l’entrepreneuriat.

Depuis l’entrée en vigueur de la loi Notre en 2015, les grandes régions sont devenues avec les métropoles les moteurs des politiques économiques dans les territoires. Si les effets de la réforme se font parfois attendre en termes d’économies, la fusion des régions semblent plébiscitée pour les créations d’entreprises.

Lire aussi : Régions : quel impact économique ?

L’entrepreneuriat a la cote chez les Bretons

Le grand Ouest suscite des vocations entrepreneuriales chez les Français. Interrogés sur leur volonté de créer leur établissement, les Bretons arrivent en tête du classement avec 27% d’opinions favorables. Ils sont 25% à exprimer cette volonté en Normandie et en Ile-de-France. En Bourgogne-Franche-Comté (16%), dans les Pays de la Loire (19%) ou dans le Centre-Val-de-Loire (19%), l’appétit pour le business est beaucoup moins prégnante.

creation d'entreprises

[Cliquer pour agrandir la carte]

Souvent, cette volonté peut être liée aux conditions économiques, le réseau d’infrastructures, de télécommunications d’une région. Par exemple, 78% des habitants de la région Auvergne-Rhône-Alpes estiment que leur région dispose d’un environnement propice à l’immatriculation d’une entreprise. En revanche, les répondants de Bourgogne-Franche-Comté (46%) et des Hauts-de-France (54%) sont moins nombreux en proportion à être de cet avis.

La complexité administrative, principal frein à la création d’entreprise

Malgré la création du statut d’autoentrepreneur il y a 10 ans, 41% des Français pensent que leur principale préoccupation au moment de créer leur entreprise serait les contraintes administratives. Viennent ensuite la recherche de fonds pour lancer leur activité (36%) et l’instabilité législative et fiscale (26%). Sur la question des freins à la création, il existe peu de disparités régionales.

Lire aussi : Micro-entreprise : les difficultés à la création persistent

Les Pays de la Loire et Auvergne-Rhône-Alpes sont les plus optimistes

Les résultats du baromètre indiquent que les habitants des Pays de la Loire (67%), d’Auvergne-Rhône-Alpes (64%) et de la Bretagne (62%) sont les plus optimistes sur la situation économique de leur région. À l’inverse, le moral est au plus bas pour les habitants des Hauts-de-France, ceux de la Bourgogne-Franche-Comté avec près de 70% de réponses défavorables.

Viennent ensuite la Provence-Alpes-Côte d’Azur et le Centre-Val de Loire avec respectivement 55% et 53% d’opinions négatives. En Ile-de-France, les habitants sont en majorité (59%) optimistes sur la situation économique de leur région.

La Bretagne et les Pays de la Loire les plus confiants dans les perspectives

Interrogés sur les perspectives économiques de leurs régions, les Bretons (55%), les habitants des Pays de la Loire (52%), et ceux d’Auvergne-Rhône-Alpes (50%) occupent les trois premières marches du podium. À l’opposé, le Centre Val de Loire (35%), les Hauts de France (34%) et la Bourgogne-Franche-Comté (35%) apparaissent comme les moins confiants sur l’avenir économique de leur région.

Emploi attractif : les Hauts-de-France et Paca à la peine

La recherche d’un emploi correspondant à son niveau de qualification ou à ses aspirations peut se révéler être un véritable calvaire sur certains territoires. Si des collectivités tentent de muscler leurs efforts pour attirer des talents, d’autres sont beaucoup plus à la peine.

Les habitants des Hauts de France (80%), de Provence-Alpes-Côte d’Azur (77%) et de la Bourgogne Franche Comté (76%) expriment en grande majorité des difficultés pour trouver un job attractif. Dans les Pays de la Loire (50%), Auvergne-Rhône-Alpes (53%) et l’Ile-de-France (56%), la part des répondants rencontrant des obstacles est beaucoup moins prononcée.

L’attractivité touristique est le principal atout pour une majorité de régions

L’attrait touristique est de loin le premier atout cité par les répondants toutes régions confondues avec 51% de réponses favorables. Arrivent ensuite la présence de PME dynamiques (29%), un bon réseau d’infrastructures de transport (29%), la présence de grands groupes internationaux (20%), la présence d’une main d’oeuvre qualifiée (19%).

Derrière ces moyennes, il existes des disparités entre les territoires. Ainsi, les habitants de Provence-Alpes-Côte-d’Azur (84%), de l’Occitanie (70%) et de la Bretagne (69%) mettent en avant l’attractivité touristique de leur région. Les Franciliens malgré les problèmes soulevés par les usagers du quotidien, mettent en exergue un bon réseau d’infrastructures de transport avec 50% de réponses positives. Cet argument est également revendiqué dans les Hauts-de-France (42%).

________

Retrouvez notre dossier : Les nouvelles régions, moteurs des entreprises de taille intermédiaire (ETI)

Méthode : baromètre réalisé à partir d’un échantillon de 3.005 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus. L’enquête a été réalisée du 28 août au 3 septembre 2019.

Articles en lien