La France ne s’opposera pas au rachat de Photonis par un groupe étranger

La PME Photonis, qui a été mise en vente par la société d’investissement Ardian comme l’a révélé La Tribune, pourra être rachetée par des entreprises ou des fonds étrangers. Selon nos informations, la France ne devrait pas s’y opposer à l’image du rachat du connecticien Souriau par le géant américain Eaton ou encore du spécialiste français des systèmes infrarouges HGH, avalé par le fonds américain Carlyle. Elle ne considère pas Photonis comme stratégique. En revanche, Paris va mettre en place toute une série de garde-fous, qui seront très contraignants pour le futur repreneur. Notamment, il lui sera demander de poursuivre les investissements dans le domaine de la RD et de ne pas déménager à l’étranger.

L’entreprise, dont le siège social est situé à Mérignac (France), est un des leaders mondiaux de la conception et de la fabrication de tubes intensificateurs de lumière dans les secteurs de l’aéronautique, de la recherche et de la défense ainsi que pour des applications à débouché commercial. Il a notamment vendu ses aux forces spéciales de tous les pays alignés avec l’OTAN. En France, Photonis travaille beaucoup avec Thales et Safran. Elle emploie plus de 1.000 salariés dans le groupe et possède cinq usines situées à Brive-la-Gaillarde en France, à Roden aux Pays-Bas, à Sturbridge et Lancaster aux Etats-Unis.


10 000 startups 2020 BDP

Articles en lien