Lactalis : la crise du lait infantile s’étend à l’étranger

La crise monte encore d’un cran chez Lactalis. Ce vendredi, deux cas d’enfants ayant consommé du lait contaminé ont été détectés dans les pays de l’Union européenne, ont indiqué des chercheurs de l’Institut Pasteur et de Santé publique France. Un cas de salmonellose a été identifié en Espagne. Un autre est suspecté en Grèce. D’autres cas risquent de se déclarer dans les prochains jours. Car les produits de Lactalis en question ont été vendus dans 66 pays, dont 12 de l’Union européenne.

Selon Quentin Guillemain, le président de l’association des parents de nourrissons victimes, « le nombre de cas est beaucoup plus important que celui de 36 donnés par Santé Publique France ». Au travers des 3.000 mails qu’il a reçus, il estime pouvoir dire que « 200 enfants ont les symptômes d’une salmonellose depuis plusieurs semaines sans qu’ils aient été recensés comme tels ». 

« Des centaines de familles ont d’ores et déjà porté plainte. Plusieurs autres centaines vont le faire dans les prochains jours » a martelé Quentin Guillemain. Contre Lactalis, mais également contre les enseignes de la distribution qui ont continué de vendre le lait, après que Lactalis ait annoncé le rappel de la totalité des boîtes. 

Tout cela intervient alors que le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a annoncé vendredi que l’entreprise « [reprendrait] toute boîte de  lait infantile produite sur le site de Craon  ». Et ce, « sans considération de date . Il appartient aux magasins d’opérer les renvois ». 

Une déclaration qui a eu lieu dans la foulée d’une rencontre avec Emmanuel Besnier, le PDG du numéro un mondial des produits laitiers. « L’urgence, c’est la sécurité sanitaire et la meilleure des garanties pour la sécurité sanitaire c’est de dire que plus une seule boîte fabriquée sur le site de Craon ne doit être en circulation sur les circuits de consommation », a ajouté Bruno Le Maire.

Vidéo – Affaire Lactalis: qu’est-ce que la salmonelle ?

 

Le patron de Lactalis s’exprimera publiquement

Le ministre de l’Economie a demandé à Emmanuel Besnier de « faire preuve de plus de transparence ». Le patron du géant laitier, qui n’a jamais fait aucune déclaration publique sur quelque sujet que ce soit, « communiquera publiquement sur les causes de la crise sanitaire dès qu’elles auront été identifiées ». Il s’est engagé  « à tout faire pour éviter que cela ne se reproduise dans l’usine de Craon. Les services de l’Etats sont à sa disposition pour l’y aider », a ajouté Bruno Le Maire. « La filière laitière française est une filière d’excellence. Elle doit le rester ». 

La question des salariés de cette usine (350 personnes) a également été évoquée lors de l’entretien des deux hommes. « Les 250 qui sont au chômage technique seront indemnisés à 100% de leur perte de rémunération », selon le ministre.  

Désaccord

Ce jeudi,  le président de la République, Emmanuel Macron, ainsi que  le ministre de l’Economie, s’en étaient déjà pris au numéro un français des produits laitiers. « l’Etat a dû se substituer à une entreprise défaillante » avait-il affirmé. Lactalis avait, toujours selon Bruno Le Maire, refusé d’opérer les retraits de produits qu’avait demandés son directeur de cabinet.

Une version que conteste Lactalis, affirmant avoir « depuis le début de cette affaire toujours collaboré  avec les pouvoirs publics , qu’il s’agisse des contrôles ou des retraits ».

Craon à l’arrêt

L’usine de Craon, où ont été produits  les lots de laits infantiles contaminés à la salmonelle,  est à l’arrêt depuis le 8 décembre 2017. Ce jeudi, le ministre de l’Agriculture  Stéphane Travert, de retour de Chine , avait affirmé qu’elle ne rouvrirait « tant que les services vétérinaires n’auront pas identifié la source de la contamination ».

Même son de cloche, ce vendredi à Bercy. Lactalis communiquera sur les causes de la contamination dès qu’elles seront établies, a martelé Bruno Le Maire et « fera ensuite tous les investissements nécessaires sur le site de Craon pour garantir la sécurité sanitaire du site et éviter que ne se reproduise une telle contamination. » Le ministre de l’Economie a précisé que la réouverture devrait être « approuvée par les autorités sanitaires compétentes ».

Vidéo – Lactalis : presque tous les distributeurs éclaboussés

 

Articles en lien

Aller à la barre d’outils