Lactalis va reprendre “tous les laits infantiles produits à Craon” annonce Le Maire

Le ministre de l’Économie recevait ce vendredi Emmanuel Besnier, président du géant Lactalis.

Lactalis reprendra tous les produits laitiers infantiles fabriqués sur son site de Craon (Mayenne), “quelle que soit leur date de fabrication”, a annoncé vendredi le ministre de l’Économie Bruno Le Maire après s’être entretenu avec le président de l’entreprise. 

LIRE AUSSI Salmonelle: comment l’affaire Lactalis éclabousse la grande distribution 

“Lactalis reprendra tous les produits de laits infantiles fabriqués sur le site de Craon, quelle que soit leur date de fabrication, dans tous les lieux de commercialisation, en particulier la grande distribution et les pharmacies”, a indiqué le ministre lors d’un point presse, élargissant ainsi le précédent rappel qui courait à partir de février 2017. 

Le ministre souhaite ainsi “éviter les retards, les difficultés dans le tri des lots et le risque d’erreur humaine”. 

“J’ai d’abord demandé à Emmanuel Besnier, le président de Lactalis, de faire preuve de davantage de transparence, car je pense que la transparence est un gage de confiance pour les consommateurs et l’ensemble des Français”, a déclaré le ministre qui s’est finalement présenté seul devant la presse. 

Emmanuel Besnier reste silencieux

En dépit de l’appel que lui a lancé le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert, vendredi matin sur RTL, à venir s’exprimer publiquement, le patron du leader mondial du lait est arrivé à Bercy par une entrée dérobée, évitant soigneusement les caméras. “Le président de Lactalis communiquera publiquement sur les causes de la contamination dès qu’elles seront établies”, a assuré Bruno Le Maire. 

LIRE AUSSI Salmonelles chez Lactalis: l’efficacité du contrôle sanitaire en question 

“Lactalis fera ensuite tous les investissements nécessaires sur le site de Craon pour garantir la sécurité sanitaire du site et éviter que ne se reproduisent de telles contaminations”, a-t-il ajouté, écartant ainsi implicitement le spectre d’une fermeture du site actuellement à l’arrêt et dont 250 des 327 salariés sont au chômage technique. 

Articles en lien

Aller à la barre d’outils