Le chef de la diplomatie néerlandaise reconnait avoir menti sur une rencontre avec Poutine

Vladimir PoutineLe chef de la diplomatie néerlandaise a reconnu qu’il avait menti au sujet de sa visite à la maison de campagne de Vladimir Poutine en 2006 lors d’une interview accordée au quotidien de Volkskrant.

Depuis 2014, M.Zijlstra avait plusieurs fois déclaré que lors de cette rencontre, le Président russe aurait parlé de revendications territoriales sur d’autres États. Mais dans l’interview, le chef de la diplomatie néerlandaise a affirmé qu’il n’avait jamais attendu Poutine nommer la Biélorussie, l’Ukraine, les pays baltes et le Kazakhstan comme des parties de la Russie.

Selon M.Zijlstra, il a répété des mots d’une autre personne et a menti pour protéger son informateur.

«Parce que cela aurait pu avoir des conséquences pour lui et pour sa société», a ajouté le ministre.

Il a aussi informé le Premier ministre Mark Rutte de ce mensonge, il y a quelques semaines. Ce dernier a qualifié cette action d’irraisonnable, mais M.Zijlstra a gardé son poste.

«Il ne s’agit pas de fausses nouvelles, parce qu’il a voulu protéger la source. Je pense qu’il est digne de confiance, le contenu de l’histoire n’est pas contesté», a déclaré M.Rutte.

Néanmoins, des partis d’opposition contestent l’approche du Premier ministre. Ils ont critiqué M.Zijlstra et ont demandé de discuter de l’incident au parlement avant son entretien avec le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov prévu pour le 13 février.

«Des débats avec le ministre des Affaires étrangères sur son mensonge sont nécessaires. Les débats doivent avoir lieu avant sa rencontre avec le ministre russe des Affaires étrangères», a écrit Raymond de Roon, membre du Parti pour la liberté, sur son compte Twitter.

​D’autres députés ont exprimé une opinion similaire.

Articles en lien

Aller à la barre d’outils