Le lien entre un éventuel échec de l’accord sur le nucléaire iranien et la Corée du Nord

«L’accord de Vienne sur le nucléaire iranien ne doit pas être réexaminé. C’est un équilibre entre des intérêts tellement subtiles que l’on ne peut pas le modifier ou l’améliorer. Si de telles tentatives ont lieu, l’accord pourrait s’effondrer, ce qui ne manquera pas d’avoir des conséquences négatives», a affirmé Vassili Nebenzia dans une interview accordée à la chaîne russe Rossiya 24.

Pompes à huile. Image dillustrationÀ l’en croire, un effondrement éventuel de l’accord «aura des répercussions évidentes par rapport à la situation actuelle sur la péninsule coréenne».

Le plan d’action conjoint sur le programme nucléaire iranien a été conclu entre Téhéran et les puissances du groupe P5+1 (États-Unis, Allemagne, France, Grande-Bretagne, Russie et Chine) le 14 juillet 2015, après douze ans de crises diplomatiques et d’âpres négociations.

Qualifié à l’époque d’«historique», le texte, qui encadre les activités nucléaires iraniennes en contrepartie d’une levée progressive des sanctions frappant la République islamique, est profondément fragilisé depuis la décision par Donald Trump de ne pas certifier au Congrès que Téhéran en respecte les termes.

Articles en lien

Aller à la barre d’outils