Le PS pourrait se ranger sous son nom aux européennes : qui est Raphaël Glucksmann ?

Investi lors des législatives de 2007 sous la bannière d’Alternative libérale, un parti d’inspiration économiquement libérale, Raphaël Glucksmann ne s’est rapproché officiellement de la gauche que dix ans plus tard, en apportant notamment son soutien au candidat socialiste à la présidentielle, Benoît Hamon, pour lequel il a rédigé un discours lors de son grand meeting à Bercy. Chroniqueur, parallèlement, sur France Inter, puis bref directeur du Nouveau Magazine littéraire – qu’il a quitté sur fond de désaccords politiques -, il s’est ensuite rapproché de personnalités du monde politique et associatif, avec l’ambition d’unir la gauche autour de quatre piliers, l’urgence sociale, démocratique, européenne et écologique. 

Jusqu’à cette liste pour les européennes, qu’il compte coanimer avec Claire Nouvian, espérant associer des formations politiques, pour l’instant très morcelées dans la perspective du scrutin. L’intellectuel devra user de son talent pour convaincre, compte tenu des réactions qu’ont suscitées l’annonce d’une fusion entre le PS et Place Publique. “Une mauvaise plaisanterie”, selon l’ex-ministre PS Stéphane Le Foll, qui a claqué la porte du bureau national de son parti pour protester contre son effacement derrière “un mouvement inconnu de tous” qui n’a “ni ligne, ni portée, ni consistance”. 

Le premier baptême du feu est attendu samedi. Glucksmann saura alors si les socialistes, conformément à la proposition d’Olivier Faure, valident la fusion avec son mouvement. Ensuite, la campagne des européennes ne fera que commencer.

Articles en lien