Le S-400 ou les missiles de la discorde entre Moscou et Washington

Recep Tayyip Erdogan tient à ses missiles antiaériens S-400. Washington a beau dénoncer depuis des semaines cet achat d’armes russes, menacer Ankara de sanctions économiques, le président turc s’entête. Vendredi 12 juillet, il a accusé réception des quatre batteries de ce système de défense antiaérien, indiquant ainsi qu’il était prêt à subir les foudres américaines et de possibles sanctions.

Recep Tayyip Erdogan a refusé de céder parce qu’il “destine au moins un de ces dispositifs antimissiles à la défense de son palais, et il ne veut pas utiliser de matériel américain à cette fin”, assure Gustav Gressel, spécialiste des questions de défense et de la Russie au Conseil européen des relations internationales, contacté par France 24. “Depuis le coup d’État manqué, le président turc est devenu plus paranoïaque, et il fait beaucoup moins confiance aux États-Unis qu’il soupçonne, notamment à travers la CIA, de soutenir certains opposants”, ajoute cet expert.

Loup russe dans la bergerie de l’Otan

Les États-Unis sont tout aussi têtus. Principalement parce que l’achat de ce système de défense antiaérien pour 2,5 milliards de dollars fait de la Turquie le premier État membre de l’Otan à se tourner vers la Russie pour son arsenal militaire. Dans le contexte actuel de tensions diplomatiques entre les États-Unis et la Russie, ce simple fait suffirait à provoquer l’ire de Washington.

Mais avec les S-400, l’administration américaine craint aussi qu’Ankara fasse entrer le loup russe dans la bergerie de l’Otan. “Dans les années 1960-1970, un pays pouvait panacher et acheter, par exemple, des tanks allemands, des avions russes et des missiles américains, car tout ce matériel fonctionnait en circuit fermé, c’est-à-dire que ces équipements ne communiquaient pas entre eux”, note Gustav Gressel. Aujourd’hui, les systèmes sont ouverts et intégrés. Autrement dit : un système de défense antiaérien va aller chercher des informations transmises par les avions, les radars, le centre de commandement.

Il faut que toutes les pièces puissent fonctionner ensemble. L’intégration des S-400 russes au dispositif militaire turc – mis en place par l’Otan – revient “à acheter un Mac alors que tout le reste tourne sous Windows : il risque d’y avoir des problèmes de compatibilité”, résume l’expert allemand. Les États-Unis ne sont pas non plus enchantés à l’idée de donner accès aux données transmises par les équipements de l’Otan à un dispositif russe “dont seul Moscou détient les clés”, ajoute-t-il. Ce système de défense antiaérien pourrait contenir un petit logiciel espion qui ferait remonter à Moscou toutes les informations qu’il récolte.

Le S-400, un produit d’appel

La mise en place des S-400 va aussi “nécessiter la venue d’ingénieurs russes qui vont s’assurer que leur matériel s’intègre bien au reste du système de défense turc, ce qui signifie qu’ils vont réclamer l’accès à toutes les données disponibles”, note Gustav Gressel. Dans ces conditions, Washington a déjà prévenu qu’il suspendait la livraison de chasseurs F-35 furtifs vendus à la Turquie, de crainte que les Russes puissent obtenir des informations confidentielles sur ces avions dernier cri.

Les États-Unis voulaient aussi éviter que la Turquie établisse un précédent. Jusqu’à présent, “seule la Chine détient des S-400, et même si plusieurs autres États – parmi lesquels le Vietnam, le Qatar ou encore l’Inde – ont indiqué leur intérêt, aucune autre vente n’a encore été finalisée”, précise Gustav Gressel. Washington a menacé de sanctions tous les gouvernements qui ont envisagé d’en acquérir.

Une prolifération de S-400 serait, en effet, une très mauvaise nouvelle pour les Américains. “Ce système russe de défense antiaérien est parmi les plus avancés au monde. Il est capable d’abattre aussi bien des avions que des missiles ou même des drones dans un très large rayon [jusqu’à 400 km, NDLR]”, explique Derek Averre, spécialiste des questions militaires russes à l’université de Birmingham, contacté par France 24. Les États-Unis ou leurs alliés pourraient voir leur capacité à intervenir rapidement et efficacement avec des avions ou des drones limitée si la Russie réussissait à multiplier les ventes de S-400. “En particulier les Israéliens – dont la capacité de réaction militaire dépend beaucoup de leur aviation –, qui verraient d’un très mauvais œil que des pays de la région en achètent”, souligne cet expert britannique.

“Ce n’est pas seulement une question de sécurité militaire, mais aussi un défi industriel et économique”, nuance Gustav Gressel. Les pays qui adopteraient le S-400 seraient incités à se fournir auprès des Russes pour le reste de leur dispositif de défense aérienne. “Moscou dirait à ses clients : ‘Vous avez déjà le S-400, pourquoi ne pas acheter des Soukhoï [avion de chasse russe, NDLR], ils sont faits pour fonctionner ensemble’”, précise l’expert allemand. Le risque pour Washington est donc que la Russie réussisse à conquérir des marchés au détriment des géants américains.

Ce bras de fer américano-turc est une bonne affaire pour Moscou. Avec cette vente, la Russie réussit à mettre un pied militaire dans un pays de l’Otan tout en montrant la voie aux autres acheteurs potentiels. Dans le même temps, le S-400 a réussi à pouver sa valeur d’arme de discorde en semant le trouble entre deux pays alliés de l’Otan.

Articles en lien