Léonard de Vinci au Musée du Louvre : 140 oeuvres réunies à Paris !

Evénement incontournable de 2019 à Paris : le Musée du Louvre consacre une grande exposition à Léonard de Vinci à l’occasion du 500e anniversaire de la mort de Vinci à Amboise en 1519.

Peintre, scientifique, philosophe, inventeur, ingénieur, Léonard de Vinci incarne à lui seul la Renaissance et son génie fascine encore 500 ans après sa disparition. Oui, car seules 15 peintures sont parvenues jusqu’à nous, et le Musée du Louvre possède 5 toiles du maître –La Vierge aux rochers, La Belle Ferronnière, La Joconde, La Vierge, l’Enfant Jésus et Sainte Anne et Saint Jean Baptiste.

En quoi cette exposition est incontournable me direz-vous ? Les équipes du musée du Louvre ont travaillé d’arrache-pied pendant 10 ans, et ont réétudié tous les documents d’archives pour clarifier la biographie de Léonard de Vinci.

Alors que les experts ont toujours eu tendance à découper sa vie en 6 grandes périodes clefs correspondant à ses voyages, le musée du Louvre propose une nouvelle vision basée sur quelques enseignements que Léonard de Vinci mit en application.

Pour cela, le Louvre a négocié des prêts avec les plus grands musées du monde pour réunir plus de 140 œuvres de Léonard de Vinci afin d’étayer leurs idées nouvelles. A ce propos, le président du Louvre avait glissé qu’il souhaiterait “réunir le plus de tableaux du maître” et “voir le Salvator Mundi à Paris”, le tableau du maître vendu 450 millions de dollars en novembre 2017.

  • À lire aussi
  • Réouverture du Musée d’Art Moderne de Paris : week-end d’animations gratuites
  • Soirée les Silencieuses #5 à la Cité des sciences et de l’industrie, nocturne en musique
  • Les expositions d’Octobre 2019 à Paris
  • Bons plans de la semaine du 7 au 13 octobre 2019 à Paris

Après une introduction qui nous rappelle les années de jeunesse de Lionardo di Ser Piero da Vinci à Florence où il fut l’élève du sculpteur Andrea del Verrocchio, l’exposition nous révèle quand Léonard de Vinci apprit le mouvement ainsi que le clair-obscur, deux notions qui amènent le peintre à “l’idée que l’espace et la forme sont engendrés par la lumière et qu’ils n’ont d’autre réalité que celle de l’ombre et de la lumière.”

Puis, autour de 1478, le génie conclut de son enseignement que “la forme n’est qu’une illusion que le monde ne cesse d’arracher à elle-même”, Aussi, il faut accepter une liberté de la main et nier la perfection impossible à trouver. Aussi difficile que cela puisse paraître, Léonard de Vinci se lance dans de nombreuses compositions où les traits noirs se superposent, comme dans La Madone au chat ou la Madone aux fruits.  La « composition inculte » – componimento inculto lancera ainsi la tendance à l’inachèvement.

Outre ses peintures quasiment philosophiques, Léonard de Vinci utilise aussi le dessins pour rendre compte du monde qui l’entoure, présenter ses pensées et ses projets. On parle souvent d’un Codex Atlanticus, un recueil de dessins et de notes rassemblés en 1.119 feuillets de grand format réalisé entre 1478 et 1518 où Léonard de Vinci aurait regroupé divers études sur de nombreux engins hydrauliques pour le transport ou le pompage de l’eau, magnifique recueil.

A côté de cela, Léonard de Vinci aimait à peindre la beauté du monde dans des tableaux devenus chefs d’œuvre de par leurs messages cachés. A ce propos, la Mona Lisa nous révèlera des secrets grâce à la réalité virtuelle : en enfilant un casque, on pourra observer les plus petits détails de cette toile et la contempler au plus près. Un tête à tête bluffant, surtout quand on connait le monde de personnes qui s’amassent dans le Louvre pour la prendre en photo de loin.

Autant dire qu’on a hâte d’être le 24 octobre 2019 !

Articles en lien

Léonard de Vinci au Musée du Louvre : 140 oeuvres réunies à Paris !

Evénement incontournable de 2019 à Paris : le Musée du Louvre consacre une grande exposition à Léonard de Vinci à l’occasion du 500e anniversaire de la mort de Vinci à Amboise en 1519.

Peintre, scientifique, philosophe, inventeur, ingénieur, Léonard de Vinci incarne à lui seul la Renaissance et son génie fascine encore 500 ans après sa disparition. Oui, car seules 15 peintures sont parvenues jusqu’à nous, et le Musée du Louvre possède 5 toiles du maître –La Vierge aux rochers, La Belle Ferronnière, La Joconde, La Vierge, l’Enfant Jésus et Sainte Anne et Saint Jean Baptiste.

En quoi cette exposition est incontournable me direz-vous ? Les équipes du musée du Louvre ont travaillé d’arrache-pied pendant 10 ans, et ont réétudié tous les documents d’archives pour clarifier la biographie de Léonard de Vinci.

Alors que les experts ont toujours eu tendance à découper sa vie en 6 grandes périodes clefs correspondant à ses voyages, le musée du Louvre propose une nouvelle vision basée sur quelques enseignements que Léonard de Vinci mit en application.

Pour cela, le Louvre a négocié des prêts avec les plus grands musées du monde pour réunir plus de 140 œuvres de Léonard de Vinci afin d’étayer leurs idées nouvelles. A ce propos, le président du Louvre avait glissé qu’il souhaiterait “réunir le plus de tableaux du maître” et “voir le Salvator Mundi à Paris”, le tableau du maître vendu 450 millions de dollars en novembre 2017.

  • À lire aussi
  • Réouverture du Musée d’Art Moderne de Paris : week-end d’animations gratuites
  • Soirée les Silencieuses #5 à la Cité des sciences et de l’industrie, nocturne en musique
  • Les expositions d’Octobre 2019 à Paris
  • Bons plans de la semaine du 7 au 13 octobre 2019 à Paris

Après une introduction qui nous rappelle les années de jeunesse de Lionardo di Ser Piero da Vinci à Florence où il fut l’élève du sculpteur Andrea del Verrocchio, l’exposition nous révèle quand Léonard de Vinci apprit le mouvement ainsi que le clair-obscur, deux notions qui amènent le peintre à “l’idée que l’espace et la forme sont engendrés par la lumière et qu’ils n’ont d’autre réalité que celle de l’ombre et de la lumière.”

Puis, autour de 1478, le génie conclut de son enseignement que “la forme n’est qu’une illusion que le monde ne cesse d’arracher à elle-même”, Aussi, il faut accepter une liberté de la main et nier la perfection impossible à trouver. Aussi difficile que cela puisse paraître, Léonard de Vinci se lance dans de nombreuses compositions où les traits noirs se superposent, comme dans La Madone au chat ou la Madone aux fruits.  La « composition inculte » – componimento inculto lancera ainsi la tendance à l’inachèvement.

Outre ses peintures quasiment philosophiques, Léonard de Vinci utilise aussi le dessins pour rendre compte du monde qui l’entoure, présenter ses pensées et ses projets. On parle souvent d’un Codex Atlanticus, un recueil de dessins et de notes rassemblés en 1.119 feuillets de grand format réalisé entre 1478 et 1518 où Léonard de Vinci aurait regroupé divers études sur de nombreux engins hydrauliques pour le transport ou le pompage de l’eau, magnifique recueil.

A côté de cela, Léonard de Vinci aimait à peindre la beauté du monde dans des tableaux devenus chefs d’œuvre de par leurs messages cachés. A ce propos, la Mona Lisa nous révèlera des secrets grâce à la réalité virtuelle : en enfilant un casque, on pourra observer les plus petits détails de cette toile et la contempler au plus près. Un tête à tête bluffant, surtout quand on connait le monde de personnes qui s’amassent dans le Louvre pour la prendre en photo de loin.

Autant dire qu’on a hâte d’être le 24 octobre 2019 !

Articles en lien

Léonard de Vinci au Musée du Louvre : 140 oeuvres réunies à Paris !

Evénement incontournable de 2019 à Paris : le Musée du Louvre consacre une grande exposition à Léonard de Vinci à l’occasion du 500e anniversaire de la mort de Vinci à Amboise en 1519.

Peintre, scientifique, philosophe, inventeur, ingénieur, Léonard de Vinci incarne à lui seul la Renaissance et son génie fascine encore 500 ans après sa disparition. Oui, car seules 15 peintures sont parvenues jusqu’à nous, et le Musée du Louvre possède 5 toiles du maître –La Vierge aux rochers, La Belle Ferronnière, La Joconde, La Vierge, l’Enfant Jésus et Sainte Anne et Saint Jean Baptiste.

En quoi cette exposition est incontournable me direz-vous ? Les équipes du musée du Louvre ont travaillé d’arrache-pied pendant 10 ans, et ont réétudié tous les documents d’archives pour clarifier la biographie de Léonard de Vinci.

Alors que les experts ont toujours eu tendance à découper sa vie en 6 grandes périodes clefs correspondant à ses voyages, le musée du Louvre propose une nouvelle vision basée sur quelques enseignements que Léonard de Vinci mit en application.

Pour cela, le Louvre a négocié des prêts avec les plus grands musées du monde pour réunir plus de 140 œuvres de Léonard de Vinci afin d’étayer leurs idées nouvelles. A ce propos, le président du Louvre avait glissé qu’il souhaiterait “réunir le plus de tableaux du maître” et “voir le Salvator Mundi à Paris”, le tableau du maître vendu 450 millions de dollars en novembre 2017.

  • À lire aussi
  • Réouverture du Musée d’Art Moderne de Paris : week-end d’animations gratuites
  • Soirée les Silencieuses #5 à la Cité des sciences et de l’industrie, nocturne en musique
  • Les expositions d’Octobre 2019 à Paris
  • Bons plans de la semaine du 7 au 13 octobre 2019 à Paris

Après une introduction qui nous rappelle les années de jeunesse de Lionardo di Ser Piero da Vinci à Florence où il fut l’élève du sculpteur Andrea del Verrocchio, l’exposition nous révèle quand Léonard de Vinci apprit le mouvement ainsi que le clair-obscur, deux notions qui amènent le peintre à “l’idée que l’espace et la forme sont engendrés par la lumière et qu’ils n’ont d’autre réalité que celle de l’ombre et de la lumière.”

Puis, autour de 1478, le génie conclut de son enseignement que “la forme n’est qu’une illusion que le monde ne cesse d’arracher à elle-même”, Aussi, il faut accepter une liberté de la main et nier la perfection impossible à trouver. Aussi difficile que cela puisse paraître, Léonard de Vinci se lance dans de nombreuses compositions où les traits noirs se superposent, comme dans La Madone au chat ou la Madone aux fruits.  La « composition inculte » – componimento inculto lancera ainsi la tendance à l’inachèvement.

Outre ses peintures quasiment philosophiques, Léonard de Vinci utilise aussi le dessins pour rendre compte du monde qui l’entoure, présenter ses pensées et ses projets. On parle souvent d’un Codex Atlanticus, un recueil de dessins et de notes rassemblés en 1.119 feuillets de grand format réalisé entre 1478 et 1518 où Léonard de Vinci aurait regroupé divers études sur de nombreux engins hydrauliques pour le transport ou le pompage de l’eau, magnifique recueil.

A côté de cela, Léonard de Vinci aimait à peindre la beauté du monde dans des tableaux devenus chefs d’œuvre de par leurs messages cachés. A ce propos, la Mona Lisa nous révèlera des secrets grâce à la réalité virtuelle : en enfilant un casque, on pourra observer les plus petits détails de cette toile et la contempler au plus près. Un tête à tête bluffant, surtout quand on connait le monde de personnes qui s’amassent dans le Louvre pour la prendre en photo de loin.

Autant dire qu’on a hâte d’être le 24 octobre 2019 !

Articles en lien