Loi mobilités : la CGT de la RATP appelle à la grève mardi

“Non à la concurrence, pas touche à notre statut” et “à nos conditions de travail”. Les tracts sont déjà prêts. Le syndicat CGT de la RATP appelle “les machinistes-receveurs” des autobus de la RATP en Ile-de-France à se mobiliser mardi “dans les dépôts dès 04H00” mardi “et les deux jours suivants”. L’objectif : manifester leur opposition au projet de loi d’orientation des mobilités (LOM), qui arrive au Sénat mardi.

Contre l’ouverture à la concurrence des lignes de bus de la régie

La CGT-RATP s’oppose au “démantèlement” de la Régie autonome des transports parisiens, “entreprise publique de service public”. Elle dénonce aussi “le transfert automatique du personnel” de conduite et de maintenance des bus “dans les filiales de droit privé ou chez les concurrents”, après l’entrée en vigueur de la concurrence.

Au-delà des seuls conducteurs de bus, la CGT-RATP appelle “l’ensemble des agents” de la régie à faire grève mardi, dans le cadre de la journée d’action interprofessionnelle nationale, a indiqué son secrétaire général, Bertrand Hammache. Le syndicat les appelle aussi à participer à la manifestation parisienne organisée par la CGT, FO, Solidaires et les organisations de jeunes Unef (étudiants) et UNL (lycéens).

Les lignes d’autobus de la RATP en Ile-de-France seront ouvertes à la concurrence à partir du 1er janvier 2025. La LOM doit fixer le cadre social dans lequel s’ouvrira ce secteur, en déterminant les droits des salariés et les modalités de transfert des personnels, en cas de perte d’un marché par leur employeur.

Les lignes de bus en grande couronne parisienne ouvertes à la concurrence en 2021

L’ouverture à la concurrence des autres lignes de bus de la région parisienne (situées en grande couronne et pas exploitées par la RATP) est elle prévue pour janvier 2021.

Le projet de loi d’orientation des mobilités sera examiné en séance au Sénat, en première lecture, à partir de mardi et jusqu’au 2 avril. Les syndicats de la RATP ont “rencontré en février le ministère et les groupes sénatoriaux pour travailler sur la partie de la LOM qui concerne” la régie, a précisé Thierry Babec, secrétaire général de l’Unsa-RATP. “Nous avons défendu nos attentes vis-à-vis des conditions de travail et du futur sac à dos social”, c’est-à-dire l’ensemble de garanties dont bénéficieront les personnels transférés, a-t-il ajouté.

Après le vote du Sénat, ce projet de loi arrivera en juin à l’Assemblée nationale. Son adoption définitive est prévue pour juillet.

Articles en lien