Mondial de rugby : l’Australie au finish, les All Blacks éteignent l’Afrique du Sud

Samedi 21 septembre, au lendemain de l’ouverture de la Coupe du monde de rugby 2019, il n’y avait évidemment pas que France-Argentine. Il s’agissait aussi pour les trois géants de l’hémisphère Sud de soigner leur entrée en lice. Un défi pas toujours évident à relever, comme l’ont constaté sans détour les Australiens, vainqueurs longtemps bousculés par un valeureux XV fidjien.

Au final, le score plutôt large et le bonus offensif empoché par les Wallabies est plutôt trompeur, tant les Fidji ont affiché de belles intentions, tout au long d’une rencontre qu’ils ont mené une heure durant. Très solides défensivement, ils ont logiquement conclu le premier acte avec deux longueurs d’avance sur l’Australie (12-14), bien aidés par trois pénalités de Volavola (5e, 23e et 31e) et un essai du clermontois Yato (8e). Mais même malmenés, les Australiens sont restés à hauteur, grâce à deux essais signés Hooper (18e) et Hodge (36e).

Au retour des vestiaires, les surprenants Fidjiens ont continué à remporter la plupart des duels durant un petit quart d’heure, jusqu’à compter neuf points d’avance grâce à un nouvelle essai de Waisea (44e, 12-19). Mais la machine australienne a fini par trouver son rythme et, face à la baisse de densité fidjienne, elle a déroulé son rugby dans la dernière demi-heure. Latu (57e, 62e), Kerevi (69e) et Koroibete (72e) ont tour à tour franchi la défense des Îliens pour signer un 27-0 en fin de rencontre, synonyme de victoire (39-21) et de bonus offensif pour les hommes de Michael Cheika. Rassurant, même si les Fidji pourront se satisfaire d’avoir tenu la dragée haute à un prétendant au titre durant près d’une heure.

Insaisissables Néo-Zélandais

Et que dire des All Blacks… Le sort ne leur avait pas réservé une entrée en matière des plus aisées, face à l’Afrique du Sud, autre prétendant au dernier carré. Dominés durant les vingt premières minutes, les double-champions du monde en titre ont rappelé à la planète entière qu’ils étaient bel et bien les grands favoris à leur propre succession. Coup sur coup, deux éclairs plein axe ont permis à la Nouvelle-Zélande de répondre avec force à l’ouverture précoce, au pied, de Pollard (0-3, 2e). Bridge (10-3, 24e) puis Barrett (17-3, 27e) ont tous les deux vu leurs essais transformés par Mo’unga, et c’est en toute logique qu’ils ont basculé en tête sur ce score à la pause.

L’écart fait, les Blacks se sont ensuite employés à le tenir, face à des Boks toujours aussi dangereux. Ils se sont même rapprochés à quatre longueurs en début de second acte, après un essai de Du Toit à la suite d’une multitude de temps de jeu plein axe (17-10, 48e), puis d’un superbe drop de Pollard, déclenché au-delà des 40 mètres (17-13, 59e).

Mais l’entame du dernier quart d’heure de cette rencontre à très haute intensité a finalement été fatale aux espoirs sud-africains. La faute à une nouvelle poussée victorieuse des All Blacks en mêlée fermée, que Mo’unga a converti dans la foulée entre les poteaux (20-13, 67e). Le joueur des Crusaders, brillant tout au long de la rencontre, a même inscrit une dernière pénalité (23-13, 73e), scellant ainsi la première victoire des siens dans le tournoi. Un succès acquis au terme d’un véritable duel de titans.

Articles en lien