Musique: Rencontre avec Nour Harkati

A l’occasion de la sortie de Dive, son premier opus, Nour Harkati à accepté de répondre à nos questions. Pour nous, le jeune chanteur tunisien revient sur son parcours, la conception de son premier album et ses projets futurs. Rencontre.

300x300

Dive, votre premier album, est disponible depuis le 3 novembre dernier. Pour le public français qui aujourd’hui vous découvre, vous et votre musique, pouvez-vous revenir succinctement sur votre parcours ?

– Je suis venu à Paris en Juin 2011, après avoir quitté mes études en Tunisie, J’ai commencé par faire des petits concerts acoustiques dans les petits bars de Paris, chose qui m’a permis d’agrandir mon réseau, (Musiciens, Producteur..)  car je connaissais personne en France.

 Vous êtes fils de musiciens professionnels. Votre père est violoniste au sein de l’orchestre national de Tunisie, votre mère chanteuse traditionnelle. Vous œuvrez personnellement dans un registre très Pop, teinté de Folk et de Soul. Au-delà de vos propres influences musicales anglo-saxonnes, Peut-on voir ce choix de registre comme une volonté, même inconsciente, de vous affranchir quelque peu du poids de la tradition, d’une quelconque « tradition familiale » ?

– J’étais influencé par des artistes anglais/américains comme Ben Harper, Jack Johnson, Fink, James Blake, Justin Nozuka. J’aime beaucoup cette langue, mais un jour je chanterai en Tunisien.

Le fait d’avoir une mère chanteuse et un père musicien m’a attiré vers la musique mais cela ne m’a pas influencé réellement pour faire de la musique orientale.

Dive est votre première parution « officielle », en tout cas chez nous, en France. Aviez-vous déjà mené à terme un projet musical en Tunisie ? un disque ou autre ?

– Dive est mon premier album, je n‘ai jamais fait de projet avant, mais j’ai quand même fait des concerts en Tunisie et des petites émissions de radio

Vous êtes arrivé en France en 2011. Vous y avez découvert une âpre concurrence dans le milieu musical. Comment cela s’est-il passé pour vous ?

– Effectivement, j’ai connu la concurrence à Paris, car en Tunisie je ne faisais pas de la musique d’une manière professionnelle.

Au début j’avais peur de cette concurrence à Paris, mais  c’était quand même un défi en quelque sorte et j’ai continué à me battre pour réaliser mon album et agrandir mon réseau, car c’était  le seul moyen de se faire remarquer.

Abordons maintenant votre album. Fait pour le moins singulier, Dive sort sur Send The Wood, label montpelliérain indépendant spécialisé dans le Métal. A l’écoute du disque votre association parait des plus surprenantes…

– C’est vrai que mon Label actuel est un label de rock/métal mais quand ils ont découvert ma musique, ils voulaient faire de moi l’exception car ils ont vraiment aimé, et ils ont  vu une bonne énergie en moi.

Dive, son titre, signifie en anglais « plonge ». On l’imagine d’emblée paré d’une évidente symbolique vous concernant. Est-ce le cas ?

– J’ai choisis ce titre car ma musique est devenue le reflet de mes expériences personnelles et ”DIVE” parle réellement de mon expérience. J’ai “Plongé” dans le vide, je connaissais personne en France, je suis arrivé avec pour seuls bagages une valise et une guitare et pour moi c’était un risque mais  je préférais vivre ma vie avec des sensations pareilles que de vivre dans l’assurance et la  sécurité.

Votre album résulte d’environ deux années de travail. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ? Comment se sont organisées et déroulées les sessions d’enregistrement ?

On a commencé a enregistré une bonne partie de l’album à Paris,  et c’était vraiment excitant comme première expérience avec les musiciens qui ont beaucoup donné dans cet album, et après on a fini le reste dans un autre studio à Montpellier.

Quels adjectifs pourraient le mieux qualifier ce disque ?

Épuré, Riche, authentique

Rétrospectivement, quel regard portez-vous sur votre premier effort discographique ?

– Avec un peu de recul, je me sens vraiment satisfait de mon premier album, mais cela n’était qu’un début, il faut continuer à avancer et à me développer musicalement.

Le second album est-il déjà en phase de conception ?

– Effectivement, je suis entrain de préparer mon deuxième album, qui sera diffèrent du premier heureusement, cela veut dire que j’ai bien avancé. 

Depuis vos débuts scéniques, une date, un soir vous a t’il marqué en particulier ?

– Le concert qui m’a beaucoup marqué c’est à la cigale le 25 septembre 2014 et le festival Jazz à Carthage en Tunisie le 6 avril 

Quelle est la dernière découverte musicale intéressante que vous ayez faite ?

Ma dernière découverte musicale intéressante est “the Cinematic Orchestra”

Avec le recul et une première expérience derrière vous, que diriez-vous aujourd’hui à un jeune artiste étranger désireux comme vous de tenter sa chance à l’étranger ?

Je lui dis “DIVE” Plonge dans la vie et garde tes rêves vivants dans ton cœur.

Pour finir, souhaitez-vous dire quelque chose en particulier aux lecteurs de La Gazette De Paris ?

Écoutez mon album et n’hésitez pas à me laisser des commentaires sur ma page Facebook et Plongez dans la vie!

Propos recueillis par Xavier Fluet@GazetteDeParis.

BN3476nour_moy

Articles en lien