Nouveau départ d’un proche de Macron de l’Elysée

C’est un proche parmi les proches d’Emmanuel Macron qui s’apprête à quitter l’Elysée. Conseiller spécial du président de la République, Ismaël Emelien a annoncé lundi soir son départ de la présidence de la République au « Point ». Il justifie sa démission par la prochaine parution d’un livre qu’il cosigne avec un autre conseiller sur le départ, David Amiel, sur le progressisme. « Par éthique personnelle je me suis astreint en tant que conseiller spécial du président à un silence absolu qui n’est pas compatible avec la parution d’un tel ouvrage. Mon départ correspond à une nouvelle étape de mon engagement. Après Bercy, la campagne présidentielle puis l’Elysée, je veux retrouver la confrontation en première ligne », déclare Ismaël Emelien à l’hebdomadaire, tout en précisant qu’il reste « à l’entière disposition du président ».

Conseiller d’Emmanuel Macron dès son arrivée au ministère de l’Economie en août 2014, Ismaël Emelien a été un des architectes d’En Marche, le mouvement fondé par le président de la République en avril 2016. Il s’est rapidement imposé dans le cercle restreint d’Emmanuel Macron au point de devenir le stratège de sa campagne. Une fois élu, Emmanuel Macron l’a gardé près de lui à l’Elysée au poste de conseiller spécial. Son départ sera effectif fin mars ou début avril.

Affaire Benalla

Si Ismaël Emelien entend ouvrir une nouvelle page de son engagement politique, difficile de ne pas voir dans son départ une conséquence de  l’affaire Benalla , qui secoue l’Elysée depuis juillet 2018. Selon « L’Obs », Ismaël Emelien a longuement échangé avec l’ancien garde du corps d’Emmanuel Macron le soir de la révélation de l’affaire par « Le Monde ».

Ismaël Emelien a reçu le même soir des images de vidéo surveillance montrant des violences contre les CRS et diffusées un peu plus tard par des proches de La République En Marche sur les réseaux sociaux, et ce afin d’atténuer la responsabilité d’Alexandre Benalla. Ismaël Emelien doit être entendu par la Justice sur ces questions.

Son départ intervient après ceux de Sylvain Fort, conseiller en charge de la communication, et de Stéphane Séjourné, conseiller politique, parti diriger la campagne de LREM pour les  élections européennes du mois de mai. Il confirme l’ouverture d’une nouvelle page dans le quinquennat d’Emmanuel Macron, alors que ce dernier est plongé dans le grand débat pour tenter de sortir de la crise des « gilets jaunes »  et retrouver un nouveau souffle. Les historiques, qui accompagnaient le chef de l’Etat depuis son arrivée à Bercy, et qui formaient un véritable clan autour de lui, semblent prendre du champ. De l’autre côté, Philippe Grangeon , conseiller de l’ombre d’Emmanuel Macron depuis les débuts d’En Marche, a rejoint l’Elysée début février pour devenir conseiller spécial. Mais trois jours par semaine, et sans salaire. 

Articles en lien