Pleurer devant vos enfants est plus bénéfique que vous ne le croyez

Les parents ont tendance à se cacher de leurs enfants quand leurs émotions les rattrapent, de manière à les préserver, à leur éviter de passer un moment désagréable ou pour leur épargner un moment de malaise. Les laisser voir vos larmes ne les traumatise pourtant pas: au contraire, c’est une façon pour eux de se familiariser avec les émotions humaines, ainsi que l’expliquent les spécialistes Tammy Lewis Wilborn et Jillian Roberts, interviewées par le HuffPost.

Dans leur apprentissage de la vie, il est important que les enfants comprennent qu’ils ont le droit d’exprimer leurs sentiments, que c’est ordinaire et commun à tous les êtres humains: c’est en passant par ce type d’expériences qu’ils entrent dans le processus de normalisation des émotions. Les plus jeunes se demandent tous s’ils sont normaux ou si quelque chose ne va pas chez eux au moment où ils découvrent leurs affects.

Expliquer les causes

Si, lors de la mort d’un grand-parent, un enfant voit ses parents pleurer, il comprendra qu’il n’est pas le seul à être triste. Il s’humanise et apprend à mieux faire face aux vicissitudes de la vie. Cela ne provoque pas le sentiment d’insécurité que les parents craignent de provoquer chez leur progéniture. Au contraire, rassure Tammy Lewis Wilborn, conseillère professionnelle, «cela permet aux enfants de voir qu’il est acceptable d’exprimer ses sentiments».

«Les enfants seront souvent déconcertés et effrayés s’ils voient leurs parents vraiment bouleversés. Il est important de leur expliquer ensuite au mieux de vos capacités, compte tenu de l’âge de votre enfant, que vous avez vécu un moment d’émotion, mais que vous allez bien, et que vous allez continuer à l’être», explique Jillian Roberts, psychologue pour enfants.

Les plus jeunes ont besoin de comprendre ce qu’ils voient et d’extérioriser leurs sensations; les parents, quant à eux, doivent leur expliquer qu’ils n’ont aucune raison d’avoir peur, et qu’ils peuvent se confier à eux sur les sujets qui les dérangent; le lien parent-enfant en ressort renforcé.

À LIRE AUSSI Les petits déjeuners en famille donnent aux enfants une image positive de leur corps

Doser la fréquence et lintensité

Si montrer ses larmes n’est pas un problème, le faire trop souvent comporte le risque de créer un environnement malsain, prévient Tammy Lewis Wilborn. En comprenant que quelque chose ne va pas, les enfants se retrouvent en situation d’impuissance, ce qui pourra entraîner un sentiment de culpabilité car ils n’ont pas encore les moyens pour savoir comment réagir. Cette incompréhension peut soulever des questions angoissantes d’où naîtra le sentiment d’insécurité que les parents cherchaient précisément à leur éviter.

L’intensité des émotions est un autre facteur qui a son importance, ajoute Jillian Roberts. Si un imprévu déclenche des réactions fortes et incontrôlables, il est préférable d’en éloigner les enfants, même s’il n’est pas toujours possible de les préserver.

Il n’est donc pas grave d’être vulnérable face à vos enfants, à condition de leur parler après et de surveiller la fréquence et l’intensité de ces moments.

Articles en lien