Pour la coalition arabo-kurde, la “bataille finale” contre l’EI en Syrie est lancée

L’alliance arabo-kurde soutenue par Washington en Syrie a annoncé samedi 9 février avoir lancé sa “bataille finale” pour “éliminer” les jihadistes du groupe État islamique de leur ultime territoire  dans l’est du pays en guerre.

À voir aussi : Exclusif : en Syrie, dans un camp d’internement de femmes jihadistes

“La bataille a commencé”, a indiqué à l’AFP un porte-parole des Forces démocratiques syriennes (FDS), Mustefa Bali. “Les forces des FDS ont lancé (…) la bataille décisive pour éliminer ce qui reste des terroristes” de l’EI, a-t-il souligné sur son compte Twitter.

Sur son site Internet, les FDS annoncent “la bataille finale pour éliminer l’organisation terroriste Daech dans le village de Baghouz”, utilisant l’acronyme arabe de l’EI.

Les jihadistes de l’EI tiennent encore dans la province de Deir Ezzor un secteur d’environ quatre kilomètres carrés, allant du village de Baghouz à la frontière irakienne, selon les FDS.

Ces derniers jours, toute progression au sol contre ce secteur avait été stoppée, les combattants des FDS sur le terrain assurant que les jihadistes utilisaient des civils comme boucliers humains.

20 000 civils évacués, plus de 500 combattants restants

Sur leur site Internet, les FDS expliquent toutefois que “plus de 20 000 civils ont été évacués” ces dix derniers jours.

“Entre 500 et 600 terroristes” se trouveraient encore dans ce réduit, selon le témoignage de personnes qui fuient le secteur, a indiqué à l’AFP M. Bali, ajoutant que plusieurs centaines de civils y seraient encore également.

“La bataille sera terminée dans les jours à venir”, a-t-il souligné.

“Les terroristes sont principalement des étrangers. Ces deux derniers mois, la plupart de ceux qui se sont rendus ou qui ont été arrêtés étaient des étrangers”, a-t-il ajouté.

Avec le soutien de la coalition internationale emmenée par Washington, les FDS ont lancé en septembre leur offensive contre cet ultime réduit de l’EI, prenant les unes après les autres les localités tenues par les jihadistes.

Avec AFP

Articles en lien