Prévention du sida : à Paris, les premiers effets d’un traitement révolutionnaire

La seconde raison avancée pour expliquer le recul des contaminations à Paris, est « l’augmentation de la couverture du dépistage, qui a pu contribuer à une érosion du nombre de personnes ignorant leur séropositivité ». Le nombre de sérologies réalisées par des laboratoires parisiens, publics et privés, est passé de 493 600, en 2015, à 533 770, en 2018, soit une hausse de 8 %, indique l’agence sanitaire Santé publique France.

Articles en lien