Rencontre avec de Rugy : déçus, les Gilets jaunes appellent à manifester samedi

Ce n’était qu’un premier rendez-vous. A l’issue de leur rencontre avec le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy, Eric Drouet et Priscillia Ludosky, deux des huit porte-parole officiels du mouvement des Gilets jaunes, ont déclaré souhaiter poursuivre la discussion « à un niveau plus haut » de l’exécutif, à savoir « un porte-parole ou le Premier ministre ».

« On veut que toutes les régions se mettent en œuvre pour trouver des correspondants », a précisé Priscillia Ludosky. « Le rendez-vous (de mardi soir, NDLR) s’est fait dans l’urgence pour éviter toute récupération par un parti ou un syndicat », a justifié Eric Drouet.

François de Rugy, à l’issue de la rencontre, s’est dit « disponible » dans les semaines à venir pour organiser plus de rencontres en région et précisé que les propositions des Gilets jaunes allaient « au-delà » des questions concernant la transition écologique. « Niveau de vie, pouvoir d’achat, niveau des taxes, démocratie, ce sont ces sujets-là qui sont revenus », a-t-il précisé.

« Nous sommes prêts à organiser des débats dans tous les départements où les Gilets jaunes pourraient venir s’exprimer. Il y a un besoin très fort d’être entendu, de pouvoir s’exprimer sur la politique menée actuellement ou par le passé », a également commenté François de Rugy.

Une nouvelle manifestation sur les Champs-Elysées samedi

De son côté, le duo de représentants a expliqué avoir évoqué la construction d’une « assemblée citoyenne », la « suppression de la taxe carbone et beaucoup de choses qui touchent le pouvoir d’achat ».

Les représentants des Gilets jaunes ont tout de même constaté qu’il n’y avait « pas de réelle envie d’améliorer le sort des gens » dans le discours de l’exécutif, qui restait « très vague », notamment après les annonces faites par Emmanuel Macron mardi.

LIRE AUSSI Gilets jaunes : Macron ne lâche presque rien

Eric Drouet a également confirmé le retour des Gilets jaunes sur les Champs-Elysées samedi 1er décembre, « comme samedi précédent ». « Le souhait de tous les Gilets jaunes c’est de continuer chaque samedi comme ça, aux Champs-Elysées », a-t-il continué. L’appel à manifester samedi prochain avait été lancé ce week-end et avait divisé les internautes à la suite de nombreuses violences commises samedi sur l’avenue.

Interrogé sur le sujet, Eric Drouet a pointé du doigt « la fermeté du ministre de l’intérieur » qui « a créé ces débordements » : « c’est le fait d’être chargé par des gaz lacrymogènes et des CRS qui a créé cette tension au sein des gilets jaunes », a-t-il commenté.

Une représentativité qui fait débat

Le chauffeur routier de Seine-et-Marne est à l’origine de l’appel lancé sur Facebook pour une journée de blocage le 17 novembre, pour protester contre la hausse du prix des carburants. Cette première grande journée de mobilisation avait réuni au moins 282 000 personnes sur les routes de France.

Priscillia Ludosky, également originaire de Seine-et-Marne, a lancé une pétition « pour la baisse du prix du carburant à la pompe », qui comptait mardi soir près de 984 000 signataires.

Leur représentativité fait débat au sein même de ce mouvement hétéroclite, né sur les réseaux sociaux hors de tout cadre politique ou syndical, certains affirmant qu’ils se sont « autoproclamés ».

Ils ne se revendiquent pas comme « représentants » du mouvement, mais comme « communicants officiels » et « porte-parole » de revendications issues d’une consultation sur Facebook auprès de plus de 35 000 « gilets jaunes ».

LIRE AUSSI Les Gilets jaunes se dotent de huit porte-parole

Articles en lien