Sondage : la grogne sur le prix des carburants fait encore chuter la cote de Macron

Etape après étape, au fil de  son « itinérance » cette semaine dans l’Est et le Nord du pays, Emmanuel Macron est confronté aux  incompréhensions et à la colère des Français. Et pour cause. A son égard, elles n’ont jamais été aussi fortes.

Dans  le baromètre politique Elabe pour « Les Echos » et Radio classique, le chef de l’Etat, en baisse pour la troisième fois consécutive, bat un nouveau record de défiance depuis son entrée en fonction. Sa cote de confiance recule de 3 points sur un mois. Et de 9 points sur trois mois. A peine 27 % des personnes interrogées disent aujourd’hui lui faire « confiance pour affronter efficacement les principaux problèmes ». C’est la première fois que la cote du président de la République, au même niveau que son Premier ministre, tombe sous la barre des 30 %.

A l’inverse, sept Français sur dix (69 %) ne lui font « pas confiance ». Et, parmi eux, 44 % « pas du tout », soit une hausse de 9 points sur un mois qui montre un durcissement inquiétant pour lui. « Il ne parvient pas à se stabiliser et s’installe dans une impopularité chronique. Mais surtout, cette impopularité devient hostilité », analyse Bernard Sananès, le président d’Elabe.

« Boomerang »

Emmanuel Macron est pris dans la tempête des prix des carburants. La contestation s’est cristallisée autour de la décision du gouvernement d’augmenter graduellement les taxes sur les carburants – au nom de la transition écologique, défend l’exécutif ; sous prétexte de lutter contre le réchauffement climatique, dénoncent les oppositions. Une grogne qui pourrait connaître son point d’orgue le 17 novembre, avec des appels aux manifestations et blocages dans tout le pays.

Lorsqu’ils sont interrogés par instituts de sondage, les Français ne font même pas référence à la baisse de la taxe d’habitation ni à  celle des cotisations sociales, intervenues en octobre . Deux mesures qui devaient justement permettre au gouvernement de montrer qu’il oeuvre en faveur du pouvoir d’achat. « C’est comme si tout cela avait été balayé par l’effet carburant. Le rendez-vous d’octobre du pouvoir d’achat revient en boomerang », explique Bernard Sananès. Et « dans la période, cela rend très compliqué tout autre message », ajoute-t-il.

Le noyau dur

La seule – petite – satisfaction que peut avoir Emmanuel Macron est qu’aucun leader de l’opposition ne profite encore de ses déboires. Pour le reste, le locataire de l’Elysée apparaît en grande difficulté dans l’opinion. Il recule partout sauf chez les cadres et chez les jeunes (à 43 % dans les deux cas) et est atteint jusque dans le noyau dur de son électorat.

La cote d’Emmanuel Macron parmi ses électeurs du premier tour de la présidentielle est, elle aussi, au plus bas. A 68 %, certes, mais en chute de 9 points sur trois mois et 15 points depuis mai. Elle passe aussi sous la barre symbolique des 50 % (à 48 %) chez ses électeurs du second tour. « Elargir la base du macronisme semble très compliqué. L’enjeu des prochains mois, pour lui, c’est d’enrayer le recul dans son électorat », prévient le président d’Elabe. Surtout à l’approche des élections européennes de mai 2019…

Au début de la semaine, Emmanuel Macron a  esquissé des mesures compensatoires pour accompagner les ménages pénalisés par la flambée des prix des carburants, sans convaincre l’opinion. Il a aussi avoué que sa cote dans les sondages « sera encore sans doute un bon moment » plombée, le quotidien des Français ne changeant « pas assez vite » à leurs yeux. « La voie que nous avons prise, c’est transformer en profondeur le pays », a-t-il plaidé, ajoutant que « dans ces moments marqués par l’angoisse, la peur, les changements profonds, il faut savoir tenir ».

Au même moment de son quinquennat, en novembre 2013,  François Hollande recueillait 25 % de bonnes opinions dans le même baromètre.

La grogne sur le prix des carburants fait encore chuter la cote de Macron

Sondage effectué les 6 et 7 novembre 2018, auprès d’un échantillon de 1.002 personnes selon la méthode des quotas.

Articles en lien