Taux directeurs : Donald Trump s’en prend (encore) à la Fed

C’est devenu une habitude pour Donald Trump. Le locataire de la Maison-Blanche a, une nouvelle fois, tancé la banque centrale américaine, ce jeudi 11 octobre, en accusant l’organisme bancaire américain de pratiquer une politique “trop agressives” dans sa manière de resserer les taux directeurs aux Etats-Unis.

Lire aussi : Wall Street et la tech dévissent, Trump accuse la Fed devenue “folle”

Mercredi 10 octobre, dans un entretien en direct au téléphone lors de son émission matinale préférée “Fox and Friends”, le président, échaudé par la chute des marchés boursiers survenue le jour même, a expliqué souhaiter “que la Fed  soit moins agressive parce que je pense qu’ils font une grosse erreur”.

La bourse dévisse

M. Trump fait fi de la tradition de réserve en public adoptée par la plupart de ses prédécesseurs et n’hésite pas à tancer publiquement la Fed. “Ils resserrent tellement (les taux)! Je crois que la Fed est tombée sur la tête”, a déploré le président mercredi 10 octobre. Les marchés boursiers américains d’abord, et ensuite dans le monde entier, ont affiché de fortes baisses mercredi 10 et ce jeudi 11 octobre, les investisseurs craignant que la fin de la longue période d’argent facile ne pèse sur les coûts d’emprunt des entreprises et donc sur leurs résultats.

Lire aussi : Choisi par Trump mais partisan de la hausse des taux, Clarida devient vice-président de la Fed

La dernière nouvelle hausse des taux directeurs de la Fed, survenue le 27 septembre dernier, avait déclenché l’ire de Donald Trump. “Malheureusement, ils viennent juste d’augmenter un peu les taux d’intérêt parce que nous (l’économie) nous portons bien. Je ne suis pas content”, a fait savoir le jour même le locataire de la Maison Blanche lors d’une conférence presse à New York. Dans le courant de l’été, Donald Trump s’en était déjà vivement pris à la Fed, fait rarissime pour un président américain en exercice. Le milliardaire considère que la politique menée par Jérôme Powell (un républicain modéré et respecté nommé par Trump lui-même), pourrait nuire à l’économie américaine.

(Avec AFP)

Articles en lien