Tueries à répétition et engrenage infernal au Mali

« Mais sur le terrain la réalité est beaucoup plus complexe, indique un bon connaisseur du sujet. En dehors des vieilles querelles entre agriculteurs et pasteurs sur l’usage des terres, les Peuls vivent mal d’être généralement exclus des emplois publics, même lorsqu’ils sont sédentarisés, ce qui est le cas de bon nombre d’entre-eux. Par ailleurs, Dogons et Bambaras ont eux aussi du bétail. Il arrive que les Peuls, issus de différents clans, s’embrouillent entre eux et il ne faut pas oublier que certains Dogons faisaient aussi partie des groupes djihadistes en 2012, avant l’intervention française. »

Articles en lien